Jay Ghartey exhorte les Africains à embrasser leur coutume

Jay Ghartey

La star de l’afro-pop américano-ghanéen, Jay Ghartey, plusieurs fois primée et basée à New York aux États-Unis, est profondément ancrée dans la culture africaine, en particulier ghanéenne. Dans sa dernière chanson, il exhorte les autres Africains à embrasser leur coutume et leurs noms. Intitulé « Kweku », le concept derrière la confiture afro-pop au tempo lent est lié aux connaissances supérieures, à la sagesse et à la nature rusée de la légende Akan Kweku Ananse.

Selon Jay Ghartey, le disque produit par Dugud est une « chanson profonde, mais aussi libre et légère », ajoutant qu’il ne s’agit pas de la musique signant son retour, mais que la chanson lui a été inspirée par son défunt père, le Dr Kweku Ghartey. mieux, l’artiste lui a également dédié la chanson pour avoir inculqué la culture africaine au double vainqueur des Vodafone Ghana Music Awards.

Ce n’est pas la première fois que le chanteur et compositeur honore son père dans cette coutume. Alors que son père est décédé, en 2017, à l’âge de 77 ans, Jay Ghartey lui a rendu hommage pour son premier anniversaire avec une chanson intitulée « To Love A Father ». Mais cette fois, il met en pratique ce que son père lui a appris et continue de faire la promotion de la culture ghanéenne, au point de convaincre certains Occidentaux à baptiser leurs enfants en leur donnant des noms africains.

« Kweku » met en évidence les attributs associés au nom et met en lumière la nécessité de porter ces noms locaux, en raison de leurs significations puissantes. La chanson est accompagnée d’un visuel excentrique qui présente la mode africaine et les paramètres culturels.

Jay Ghartey décrit son style comme un rythme et un blues africains. Il a sorti son premier album « Shining Gold  » en 2011. Il est surtout connu pour les singles « My Lady » et « Papa ». Il est également co-fondateur et copropriétaire de « GH Brothers », un label indépendant et une société de production avec son frère DJ et producteur de musique, Joe Ghartey.