Islam : chronique d’un converti

Marc, 25 ans, converti à l’islam depuis le 25 décembre 2009.

Depuis que je suis converti à l’Islam, les différentes personnes que je rencontre me posent tout un tas de questions : « Pourquoi avoir choisi cette religion ? » « Comment cela t’es venu ? » « Quel a été l’élément déclencheur ? » Selon l’intonation employée ou le type de personne que j’ai en face de moi, j’ai parfois l’impression d’avoir commis un crime ou d’être tout simplement malade.

Dire que la France est islamophobe serait un peu simpliste et faux car il y a des mosquées dans chaque ville de France quasiment et la France est un pays laïque qui tolère toutes les religions, y compris l’islam. Mais on ne peut pas nier que cette belle religion est prise pour cible par les médias. On ne cesse de nous rappeler les sombres histoires comme celles du 11 septembre, de Mohamed Merah, etc. Les médias adorent remuer le couteau dans la plaie et salir l’islam. Certains s’en servent pour faire le mal et assassinent ma religion. Mais ces gens-là, à mon sens, ne connaissent pas grand chose de la religion de l’islam.

Un vrai musulman est inoffensif, aide son prochain et cherche la perfection. Je ne nie pas le fait qu’il y a des extrémistes dans la communauté musulmane, tout comme il y en a dans chaque religion. Mais ceux qui prennent la peine d’essayer de comprendre ce qu’est l’islam savent pertinemment que cette religion est saine et ne cherche que la paix. Je vais maintenant vous expliquer comment j’en suis arrivé à me convertir.

Une éducation pas très musulmane

J’ai 25 ans et cela fait maintenant 3 ans que je suis musulman. J’ai commencé à m’intéresser à cette religion en 2005 lorsque j’ai entretenu une relation plutôt platonique avec une Marocaine. J’étais dans un lycée à Lille où il y avait beaucoup de jeunes d’origines maghrébines, donc de nombreux musulmans. Certains m’ont parlé de l’islam et m’ont appris les bases.

Quelques temps plus tard, j’ai déménagé à Orléans, dans le Loiret, pour des raisons familiales. Tout ce qu’on m’avait appris était resté dans un coin de ma tête et inconsciemment j’ai continué à m’intéresser à cette religion. Le 25 décembre 2009, j’ai décidé de passer à l’acte. La date de ma conversion est marquante puisqu’elle correspond à la célébration de la naissance du Christ pour les chrétiens. Pure coïncidence, pourtant marquante, je me suis converti devant un imam dans une mosquée d’Orléans.

C’était alors une époque sombre et difficile de ma vie mais j’ai ressenti le besoin de me rapprocher de Dieu et c’est peut-être ce qui m’a sauvé. J’ai beaucoup étudié la religion catholique étant jeune car je suis issu d’une famille de tradition chrétienne, comme la plupart des Franco-français, et j’ai retrouvé énormément de similitudes entre ces deux religions. La grande différence est que nous, les musulmans, croyons au prophète Mohammed. Dans l’islam, il est le sceau des prophètes. Nous croyons par ailleurs à tous les prophètes, même en Jésus Christ. Toutefois, le coran décrit le Christ comme un messager et un prophète de Dieu et non comme le fils de Dieu. Car Dieu n’a point engendré et n’a jamais été engendré. En étudiant l’islam, cette affirmation est devenue pour moi une certitude logique.

En tant que musulman je dois accomplir : cinq prières par jour, au lieu d’une le dimanche pour les catholiques, le jeûne (Ramadan) qui dure en moyenne 4 semaines, l’aumône et aller à ma Mecque, en Arabie Saoudite, au moins une fois dans ma vie. Autant dire que je n’ai pas choisi la facilité. Mais beaucoup d’évènements, quelque peu surnaturels, ont fait que je me suis rapproché de l’islam. Vivre ma religion devient de plus en plus difficile car ma famille et plusieurs membres de mon entourage ne sont pas de confession musulmane. Ils ne me comprennent pas.

Cette chronique a pour but de faire comprendre que vivre sa religion en France, un pays censé être laïque, est loin d’être évident. C’est paradoxal mais pourtant une bien triste réalité.