Investiture de Embaló en Guinée-Bissau : le CIRID demande l’implication de la CEDEAO

Umaro Sissoco Embaló, nouveau Président de la Guinée-Bissau

Après l’élection de Umaro Sissoco Embaló au terme du second tour de l’élection présidentielle en Guinée-Bissau, l’heure est aux préparatifs de l’investiture, malgré les contestations. Dans un communiqué publié à Dakar, le Centre Indépendant de Recherches et d’Initiatives pour le Dialogue (CIRID) demande l’implication de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO)

Avec l’élection du candidat Umaro Sissoco Embaló, au terme d’un processus électoral qui s’est achevé le 29 décembre 2019 suite à un second tour qualifié de transparent et démocratique par les observateurs internationaux, la Guinée-Bissau est dans l’attente de la prestation de serment du nouveau locataire du palais présidentiel. C’est fort de cette situation que le Centre Indépendant de Recherches et d’Initiatives pour le Dialogue (CIRID) s’est fendu d’un communiqué pour demander l’implication de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) dans l’investiture du nouveau Président.

Selon le communiqué, « l’heure n’est plus aux interrogations sur la validité de cette élection dont la transparence a été attestée par tous les observateurs présents sur le terrain durant tout le processus électoral ». Pour le CIRID, qui bénéficie d’un statut consultatif auprès des Nations Unies, « la CEDEAO doit exercer d’urgence sa pleine autorité pour que le Président Embaló prête serment et entame son mandat en toute sérénité ». Dans le même sillage, il a exhorté le Président Umaro Sissoco Embaló de porter des habits de rassembleur et d’avoir toujours la posture d’un leader « soucieux de la stabilité et de la réconciliation nationale ».

C’est pour faire en sorte que la dernière élection présidentielle mettre un terme à la crise politique récurrente dans le pays, pour l’impulser dans la voie de l’émergence. Evoquant la crise gambienne, qui est en train de prendre de grandes proportions, le CIRID s’est félicité de « la démarche de médiation entreprise par le Parlement de la CEDEAO sous l’égide de son président, le Sénégalais Moustapha Cissé Lo. Il exhorte les acteurs de la vie politique gambienne à faire montre d’un sens élevé de la responsabilité et d’un esprit de compromis salvateur pour leur patrie commune ».

Dirigé par Maodo Malick Mbaye, président du mouvement Gëm Sa Bopp et par ailleurs Directeur général de l’Agence Nationale de la Maison de l’Outil (ANAMO) du Sénégal, le Centre Indépendant de Recherches et d’Initiatives pour le Dialogue (CIRID) est une institution d’alerte précoce, de médiation et de dialogue dans des contextes de crises sociopolitiques, dans le monde en général et en Afrique en particulier.