Insérer professionnellement les aveugles du Cameroun

Maryama Mouchandini

Nombre d’aveugles au Cameroun sont condamnés à la mendicité et à une vie misérable. Pour leur venir en aide, Franky Vincent Nanfack, 35 ans, a fondé il y a six ans le CREFISAC (Centre de rééducation, de formation et d’insertion sociale des aveugles du Cameroun), à Dshang, dans le département de la Menoua, à l’Ouest. Nous l’avons rencontré.

Sur un stand du comice agro-pastoral d’Ebolowa où sont exposés une grande variété de meubles et de paniers, une jeune femme aux doigts habiles achève le cannage d’une chaise. Maryama Mouchandini, 17 ans, est aveugle de naissance. « Depuis un an et cinq mois, j’apprends l’artisanat et l’élevage de volaille au CREFISAC », nous explique-t-elle. Et à la fin de cette formation, elle entend trouver un emploi en entreprise ou se mettre à son compte. A ses côtés, Franky Vincent Nanfack, le fondateur et directeur général de l’association. Artisan et éleveur de formation, il met ses compétences au service de l’insertion professionnelle des aveugles de sa région. Interview.

Maryama Mouchandini

Afrik.com : Pourquoi avez-vous créé le CREFISAC ?

Franky Vincent Nanfack:
Pour lutter contre la pauvreté, contre la mendicité, dans le milieu des non-voyants. A l’école élémentaire, j’avais des voisins de banc non-voyants. En CM2, j’aidais l’un de mes amis. J’étais simple guide. Pendant la pause, je pouvais l’accompagner pour acheter un sandwich, pour qu’il fasse ses besoins. A la sortie, je le raccompagnais chez lui. Il avait une forme d’écriture qui était une véritable curiosité. Je suis devenu traducteur. J’ai appris à lire et écrire le braille, et ainsi j’ai pu l’aider à faire ses devoirs. J’avais une dizaine d’années. Après avoir appris le braille, je me suis rapproché du centre d’où il venait. Là, on m’a intégré dans le circuit des traducteurs rémunérés pour aider les non-voyants et mal-voyants pendant les périodes d’examens.

Afrik.com : Et comment vous est venue l’idée d’aider les aveugles à s’insérer professionnellement ?

Franky Vincent Nanfack:
Quand j’ai regardé le parcours, après bac, de la majorité des élèves de la première promotion que j’ai trouvée au centre pour aveugles de Dshang, j’ai constaté qu’ils étaient tous rentrés à la maison et qu’ils ne faisaient rien. Là je me suis posé cette question : après le bac, on fait quoi ? J’ai rencontré des volontaires d’ONG françaises qui m’ont donné l’idée d’ouvrir une section formation professionnelle dans le centre. Mais ce n’était pas l’objectif des promoteurs de ce centre. J’ai alors appris la vannerie, le tissage des paniers, le cannage des chaises, l’élevage des volailles, des lapins, des porcs. Après, il me restait à adapter cette formation aux non-voyants. En 2003, j’ai réuni cinq adultes qui chômaient pour monter une association en vue de créer un centre professionnel. Nous n’avions pas de siège, pas de bureau. Nous avons été à la mairie, à la maison du parti RDPC (le parti au pouvoir, ndlr)… Le préfet de la Menoua, Awana Atéba, a été très sensible à notre argumentation car il était très embêté par le grand nombre de non-voyants désœuvrés. En 2004, il m’a donné l’autorisation d’abriter l’association dans deux bâtiments coloniaux délabrés. L’année d’après, nous ouvrions le centre.

Afrik.com : Quel public accueillez-vous ?

Franky Vincent Nanfack:
Nous avons sept élèves internes, dont la formation dure deux à quatre ans, selon leur capacité de compréhension. Nous acceptons normalement des stagiaires qui ont de 10 à 30 ans, mais avec la situation sociale nous allons quelquefois au delà, mais jamais en dessous. Car les petits enfants nécessitent des méthodes et des moyens différents.

Afrik.com : Bénéficiez-vous de l’aide des autorités ?

Franky Vincent Nanfack:
Actuellement, j’ai le support permanent du sous-préfet de Dshang, du délégué départemental des affaires sociales de la Menoua et de l’Ouest, et du recteur de l’université de Dshang. Au niveau national, nous avons le soutien de la CERAC (le Cercle des amis du Cameroun), de la SNI (Société nationale d’investissement), du ministère des Petites et moyennes entreprises et de l’Artisanat. Sans oublier notre marraine, le Dr Rose Lekene, de la pharmacie provinciale de Yaoundé.

Afrik.com : La formation que vous dispensez est-elle payante ?

Franky Vincent Nanfack:
En principe, elle l’est. Par personne, elle coûte 20 000 FCFA par mois pour la nourriture, et 50 000 FCFA par an pour le matériel. Mais nos stagiaires viennent de familles très pauvres. Donc nous demandons seulement aux familles d’apporter à manger, puisque les jeunes vivent à l’internat. Et ce minimum, elles ne le fournissent pas toutes. Nous sommes donc obligés de travailler dur et de chercher des occasions pour écouler nos produits. Tous nos partenaires nous aident à leur façon. Par exemple, le recteur de l’université de Dshang, M. Anaté Fomété, nous donne l’autorisation d’écouler nos produits au restaurant universitaire. Le sous-préfet, M. Benimyanga, nous facilite les démarches administratives. Et c’est avec les ventes de nos produits que sont payés la cuisinière, le gardien et moi-même. Donc je travaille dur en attendant de trouver une ONG qui pourrait nous aider.

Afrik.com : Après six ans d’existence, quel bilan tirez-vous des activités de votre association ?

Franky Vincent Nanfack:
Je suis satisfait de la prestation de nos stagiaires sur le terrain, de leurs capacités à acquérir la formation, à se responsabiliser…

Afrik.com : Trouvent-ils un emploi en fin de cursus ?

Franky Vincent Nanfack:
Les élèves de la première génération sont encore là, parce qu’ils ont été formés sur le tas. Ils n’ont plus les doigts assez sensibles pour apprendre le braille, ils sont trop âgés pour retenir une formation. Mon objectif était de les insérer professionnellement et de les rendre autonomes. Donc je cherche les moyens d’agrandir les unités de production de l’association pour les employer. Par contre, les élèves de la seconde génération comme Maryama Mouchandini, qui savent lire et écrire, devraient plus facilement trouver un employeur ou s’installer chez eux, à leur propre compte.

 Consulter le site du CREFISAC