Insécurité : Manuel Valls attendu à la Martinique et en Guadeloupe

Les Antillais accueilleront ce mercredi le ministre français de l’Intérieur qui a prévu une visite de trois jours en raison de l’augmentation de l’insécurité en Martinique et en Guadeloupe.

Là où l’insécurité passe, Manuel Valls trépasse. Après un séjour à Marseille, le ministre français de l’Intérieur est attendu de pied ferme aux Antilles françaises où les indicateurs sur l’insécurité bondissent. Il doit en effet s’envoler cet après-midi vers les îles françaises de la Caraïbe durant trois jours, avec la Martinique comme première étape. Valls souhaite se rendre compte de la situation « complexe » une fois sur place.

Le dernier meurtre commis le 8 octobre dernier en Guadeloupe, où Manuel Valls se rendra après La Martinique, a porté à 38 le nombre de crimes perpétrés sur l’île depuis le début de l’année 2013. Un « record » en France, selon les autorités. Par ailleurs, les vols à main armée ont augmenté de 63% et les violences contre les personnes de 20,1%, selon les chiffres de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP). Côté Martinique, on enregistre une hausse de 59,2% des vols avec violences.

Le premier policier de France a prévu une visite au commissariat de Fort-de-France. Les syndicats de police attendent des actions concrètes de Manuel Valls telles que le renforcement des effectifs. Le ministre de l’Intérieur devrait dès le lendemain se rendre dans deux communes guadeloupéennes pour des visites de terrain.

Pour l’heure, on sait seulement qu’en amont Manuel Valls a multiplié les rencontres à la place Beauvau avec des élus et parlementaires antillais. Mais quelles décisions ont été prises ? Avant son retour en métropole, le ministre fera une halte à Saint-Martin qui connaît également une hausse de la délinquance, et ce, en dépit d’une coopération franco-néerlandaise.