Immigration : les députés français entérinent l’accord France-Gabon

L’Assemblée nationale a adopté jeudi l’accord France-Gabon sur « la gestion concertée des flux migratoires et le codéveloppement », signé par les deux pays le 5 juillet 2007 à Libreville. Le projet de loi autorisant la ratification de cet accord doit encore obtenir l’approbation du Sénat, explique Le Monde. L’accord facilite notamment le séjour en France des étudiants gabonais, en portant la durée de leur autorisation provisoire de séjour de six à neuf mois, ainsi que celui des jeunes salariés gabonais. En contrepartie, les Français vivant au Gabon depuis plus de trois ans ou mariés depuis plus de trois ans à un(e) Gabonais(e) pourront se voir délivrer une carte de séjour de cinq ans, contre deux auparavant. Selon le rapporteur Patrick Balkany (UMP), l’accord France-Gabon poursuit trois objectifs : « favoriser la mobilité des compétences, lutter contre l’immigration clandestine et promouvoir le codéveloppement ». En revanche, le député communiste Jean-Pierre Brard a dénoncé une « approche utilitariste de l’immigration. On veut choisir ses immigrés comme on choisissait jadis des esclaves ».