Iliona Blanc : « Je veux que ma musique donne aux gens l’envie de faire l’amour plutôt que la guerre »

Après son premier album « Chipiemania », la chanteuse Iliona Blanc, née d’un père Français et d’une mère Gabonaise, revient sur la scène musicale avec un deuxième opus « French Kiss », enregistré à Los Angeles où elle est installée, depuis deux ans. A travers les différents titres, la chanteuse, à la voix suave, se livre entièrement, tout en sensualité et en douceur, nous plongeant dans son univers de gaieté et de joie de vivre. Interview d’une artiste authentique.

Elle nous fait penser à ces mannequins d’une grande beauté dès le premier coup d’œil. Et en dehors d’avoir un physique très avantageux, Iliona a plusieurs cordes à son arc. Hormis la musique, c’est aussi une comédienne qui a joué dans de multiples séries. Celle qui est née au Gabon et y est restée jusqu’à ses deux ans avant de partir vivre dans le sud de la France, est maintenant installée à Los Angeles, depuis deux ans. Elle a décidé, depuis quelques années, de se consacrer entièrement à la musique pour réaliser ses projets et toucher le public à l’international. Elle espère bien retourner s’installer dans son deuxième pays, le Gabon, où elle va régulièrement rendre visite au reste de sa famille.

Afrik.com : Quelle est la particularité de votre deuxième album, French Kiss, entièrement en anglais, par rapport au précédent, Chipiemania

Iliona :
Outre le fait qu’il soit en anglais, c’est un album beaucoup plus mature dans l’écriture, tout simplement parce que j’ai mûri. Les thèmes abordés sont différents. Je dirais que Chipiemania représentait ma vie de jeune femme. French Kiss représente ma vie de femme. Il faut dire que Chipiemania est le nom de mon premier album. « Chipie » parce que pour une bonne partie de ma vie, j’ai été une chipie. D’ailleurs, mon père m’a souvent appelé « la chipie ». « Mania » parce que l’album a un coté fofolle que je suis. C’est un album de pop chanson française avec des influences africaines. Très jovial, coloré, frais et original.

Afrik.com : Le titre de l’album French Kiss a-t-il été choisi pour faire un clin d’œil à la France, votre pays d’origine ?

Iliona :
Evidemment. C’est un album très sensuel et je n’aurais pas pu trouver un meilleur nom. Et tout le monde connait le terme « French Kiss ». Mais j’ai choisi de chanter en anglais, car j’ai envie de toucher un public international. Les sonorités anglophones sont aussi plus faciles à composer.

Afrik.com : Quels sont les principaux messages que vous teniez à livrer dans cet album ?

Iliona :
Pour moi, French Kiss est une carte postale sensuelle de Paris. Je veux que les gens rêvent de s’évader dans cette ville romantique, sexy et tellement belle. Je veux éveiller des envies… Que les gens oublient pour un instant les problèmes qu’ils peuvent avoir et qu’ils se divertissent le temps d’une chanson. Et qu’ils aient envie de faire l’amour plus que la guerre.

Afrik.com : Vous n’avez visiblement pas peur de vous livrer entièrement à ceux qui vous écoutent. Est-ce une façon pour vous de vous montrer telle que êtes ?

Iliona :
Selon moi, un artiste ne doit pas avoir peur de se livrer entièrement. C’est d’ailleurs ce que le public attend. Je m’inspire de ma vie, de la vie de mes proches, de mes rêves, de mes fantasmes… Les démo actuelles sont très épurées et acoustiques, mais il est prévu que je ré-enregistre très prochainement des versions avec plus d’instruments : batteries, percussions, basses…

Afrik.com : Dans quelles conditions avez-vous enregistré l’album à Los Angeles, où vous êtes installée ?

Iliona :
J’ai déménagé à Los Angeles, il y a deux ans. Je m’y sens comme chez moi. C’est l’endroit où je peux développer ma carrière de comédienne et ma carrière musicale. La ville me plait, le soleil, les palmiers, l’océan, l’énergie, le côté positif et la spiritualité que je ressens fortement dans cette ville me plaisent. Les maquettes actuelles ont été faites maison, dans mon petit studio. L’album définitif sera, je l’espère, enregistré dans un magnifique studio d’Hollywood.

Afrik.com : Quel regard portez-vous sur l’industrie du disque qui fabrique des artistes de toute pièce pour vendre ?

Iliona :
La musique est aussi un business, mais j’ai du mal avec les artistes sortis d’émissions de télé réalité et de nombreux artistes façonnés par les maisons de disques qui manquent malheureusement trop souvent d’originalité. Je valorise les auteurs-compositeurs qui ont leur propre univers et qui font preuve d’originalité.

Afrik.com : Pouvez-vous revenir sur votre enfance au Gabon, avant de vous envoler vers la France ? Quels souvenirs en gardez-vous ?

Iliona :
Mon père travaillait au Gabon où il a rencontré ma mère et s’en est suivi quatre enfants. Mes racines sont gabonaises. Ma mère est bapunu et j’ai d’ailleurs un prénom africain : Gnoundou. J’y suis née et j’y ai vécu pendant deux ans avant que mes parents décident de rentrer en France définitivement. J’y suis retournée à plusieurs reprises et j’ai encore de la famille là-bas. J’aimerais y avoir un pied à terre dans l’avenir, en bord de mer. Et je serais extrêmement fière et heureuse d’avoir l’occasion de faire des concerts à Libreville. J’espère y retourner très bientôt. J’ai grandi entre le sud de la France et Paris.

Afrik.com : Vous êtes aussi comédienne et avez joué dans plusieurs séries. Qu’est-ce qui vous attire autant dans la comédie ?

Iliona :
Jouer la comédie, c’est mon deuxième amour après la musique. Incarner des personnages me passionne. Etre comédienne, c’est comme être une enfant qui n’a pas grandi et qui joue dans une cours de récréation avec la même sincérité, outre le fait qu’il y ait des caméras pour capturer ces moments… Depuis toute petite, j’adorais mettre en scène des spectacles et diriger ma petite sœur ou mes amies.

Afrik.com : Comment parvenez-vous à concilier votre vie de comédienne et la musique ?

Iliona :
Quand je ne suis pas en tournage, shooting ou en castings en tant que comédienne, je me focalise sur la musique. J’ai la chance d’avoir un petit studio d’enregistrement chez moi, ce qui me permet de faire de la musique à volonté.

Afrik.com : Quels sont vos projets ?

Iliona :
De nombreux projets, mais que je préfère le garder secrets pour le moment. Je suis un peu superstitieuse ! J’ai toute une série de concerts à partir de ce début 2015. J’espère avoir l’occasion de jouer internationalement ! Pour le moment, je suis célibataire et sans enfants mais je rêve de trouver mon prince charmant et d’avoir trois enfants…

Le site d’Iliona