Ikambere, havre de paix des séropositives

Ikambere est une association féminine française qui prend en charge et accompagne des femmes séropositives, pour la majorité africaines. Le site Internet rappelle avec précision les activités de l’association nord-parisienne.

« La maison accueillante ». C’est ce que signifie Ikambere, en kinyarwanda. Cette association, basée dans le nord de Paris, reçoit des femmes séropositives, pour la majeure partie africaines, dans un « lieu convivial et chaleureux, pour rompre l’isolement ». Une maxime qui vous accueille sur son site, récemment mis à jour. Complet, il répertorie sur fond brun les objectifs et activités de l’association.

Bernadette Rwegera, qui chapeaute l’équipe d’Ikambere, reconnaît que « ce sont sans doute plus les professionnels de santé qui consultent que les femmes qui sont touchées par la maladie ». Dommage car les objectifs qu’il affiche vaut bien quelques clics. Pour briser l’isolement auquel les femmes sont confrontées, l’association les aide à rester actives. Pour toucher les populations à risque, elle organise même « une réflexion sur l’adaptation des messages de prévention aux femmes et aux familles africaines, en s’appuyant sur l’expérience des femmes séropositives ». Elle poursuit ses activités de prévention qu’elle élargit notamment dans les centres de protection maternelle infantile, les associations de femmes, les résidences universitaires et les foyers de jeunes filles et de travailleurs immigrés.

Causeries, poteries, alphabétisation

Avant d’être des femmes séropositives, elles sont avant tout femmes. Alors, pour qu’elles ne se laissent pas aller, qu’elles continuent à prendre soin d’elles, un espace beauté est planifié les mardis de 14h à 18h dans les locaux. Elles pourront aussi bénéficier d’une séance de yoga le vendredi de 11h30 à 12h30. Bien d’autres activités sont répertoriées, allant de la causerie dont les femmes ont choisi le thème, à l’alphabétisation, en passant par la poterie, la couture ou encore la cuisine diététique. Autant d’activités dont le ou les jours de déroulement et l’horaire sont précisés par le site.

L’association est aussi présente dans les hôpitaux. Dans la rubrique « Permanences hospitalières », les 13 établissements, de Paris et sa région, dans lesquels des membres d’Ikambere se déplacent, à horaires fixes, pour « rendre le séjour hospitalier supportable », « offrir un espace de parole aux femmes et aux autres malades » et proposer un « accueil et suivi des femmes » ou faire de la prévention.

En cas de besoin, les coordonnées physiques, téléphoniques et Internet sont disponibles, avec à la clé les itinéraires en transports en commun et par la route. La possibilité aussi d’adhérer ou de faire des dons par le biais de formulaires téléchargeables.

 Visiter le site : Ikambere