IBK : «Nous construirons une démocratie apaisée où chacun trouvera sa place »

Le Président malien Ibrahima Boubacar Keita a donné une conférence de presse mercredi où il a assuré être le Président de tout les Maliens, prônant la réconciliation nationale.

Vêtu d’un large boubou blanc, c’est avec un ton ferme que le Président malien Ibrahima Boubacar Keita a entamé mercredi son discours lors d’une conférence de presse à Bamako. «Le rassemblement de tous les Maliens et de toutes les maliennes» était bien au cœur du discours du dirigeant malien qui sait que sa tâche sera rude pour recoudre le tissu social du pays qui s’est fissuré avec la crise qui le mine. C’est en rassembleur qu’il a posé les premiers mots, insistant sur le fait qu’il s’adressait à tous les Maliens et non seulement à ceux qui ont mis le bulletin de vote dans l’urne en sa faveur.

«Je serai le Président de la réconciliation nationale»

On le sait, celui qui a remporté la présidentielle du 11 août avec près de 77% des voix est un homme à poigne qui assure être l’homme de la situation pour rebâtir le Mali, malmené suite à la prise du nord par des groupes armés terroristes. Ibrahima Boubacar Keita a rendu un «vibrant hommage au peuple du Mali qui a une fois de plus été exemplaire de manière éclatante. Il a démontré sa grande maturité politique en votant dans la paix et la sérénité» Le chef d’Etat a également tenu à assurer qu’il n’a pas oublié ceux qui n’ont pas voté pour lui, prônant la réconciliation nationale. «A tous ceux qui n’ont pas voté pour moi je veux dire ici que je respecte leur choix je serai le président de tous les maliens», a-t-il déclaré.

«Autour des idéaux de paix et de tolérance nous construirons une démocratie apaisée et transparente respectueuse ou chaque citoyen quelqu’il soit trouvera sa place», a ajouté le chef d’Etat, réitérant qu’il sera «le Président de la réconciliation nationale». Une réconciliation selon lui, «nécessaire pour faire face aux exigences légitimes de notre peuple». Son premier discours à la nation est attendu le 4 septembre lors de son investiture.