Hommage national aux victimes des attentats de Paris

La cérémonie d’hommage national aux victimes des attentats de Paris, présidée par le Président français François Hollande, a débuté ce vendredi aux Invalides, à Paris. Les noms et âges des 130 personnes tuées par les terroristes seront lus à haute voix.

C’est avec une grande émotion que la France rend, ce vendredi 27 novembre 2015, hommage aux victimes des attentats de Paris. La cérémonie, présidée par le Président François Hollande, a débuté aux alentours de 10h30. Les noms et âges des 130 personnes tuées par les terroristes seront lus à haute voix.

A l’occasion de cette cérémonie, le Président français avait demandé à ses concitoyens de se munir d’un drapeau français et de l’accrocher à leur balcon afin de rendre hommage aux victimes. Les membres du gouvernement aussi assistent à la cérémonie ainsi que de nombreuses personnalités comme l’ancien Président Nicolas Sarkozy, les anciens Premiers ministres, Lionel Jospin, Jean-Pierre Raffarin, François Fillon, Jean-Marc Ayrault, la maire (PS) de Paris Anne Hidalgo et de nombreux parlementaires dont le président du Sénat Gérard Larcher et celui de l’Assemblée nationale Claude Bartolone.

D’autres personnalités ont aussi tenu à rendre hommage aux victimes. C’est le cas notamment du président du Conseil constitutionnel Jean-Louis Debré, celui du Conseil économique, social et environnemental Jean-Paul Delevoye . S’agissant des partis politiques, Jean-Christophe Cambadélis (PS), François Bayrou (MoDem), Jean-Luc Mélenchon (Parti de Gauche), Emmanuelle Cosse (EELV) et Marine Le Pen (FN) sont aussi présents.

Une vaste tribune de 2 650 places a été érigée dans la cour pour accueillir, les proches des victimes et les blessés. Mais certaines familles des victimes ont refusé d’assister à la cérémonie, accusant le gouvernement d’être responsable de la mort de leurs proches tués dans les attentats.

Les attentats de Paris ont non seulement meurtri la France mais aussi le monde entier qui s’est mobilisé pour soutenir le pays. Partout dans le monde, les messages de soutien se sont multipliés, des marches ont eu lieu pour dénoncer la barbarie et le terrorisme. Dans la presse, certains journaux tels que le New York Times n’ont pas hésité à apporter leur soutien aux Français en signant leurs Unes aux couleurs de leur pays ou encore en écrivant leurs éditos en français.

Les attentats qui ont frappé le cœur de la capitale française ont une fois de plus montré qu’aucun pays n’est à l’abri du terrorisme, qui peut survenir de nulle part.