Hommage à Badara « Mamaya » Sène par Cheikh Mbacké Sène

« Mamaya est sans conteste l’une des plus importantes personnalités de l’arbitrage africain du siècle »

Il existe dans toute société des gens qui font de grandes choses pour leur communauté sans tambour ni trompette. Badara Mamaya Sène était de la trempe de ces grands hommes qui ont permis au football africain de progresser par l’arbitrage, pour ne pas dire l’arbitrage de progresser. C’est un immense Monsieur qui s’est en allé laissant derrière lui une oeuvre gigantesque et un héritage important et lourd à gérer puisque l’arbitrage africain, pour ne pas dire sénégalais, doit encore continuer à progresser. Mamaya est sans conteste l’une des plus importantes personnalités de l’arbitrage africain du siècle.

Badara Mamaya Sène a été le premier arbitre sénégalais à officier lors d’une finale de CAN (Ghana Vs Côte d’Ivoire lors de Sénégal 92) et il a formé et encadré pendant toute leur carrière les deux autres hommes au sifflet qui ont respectivement eu par la suite l’honneur de diriger une finale continentale en l’occurrence Falla Ndoye (Tunisie Vs Maroc en Tunisie 2004) et Badara Diatta (Zambie Vs Côte d’Ivoire , CAN 2012).

C’est un patriote qui a consacré sa vie au football sénégalais. D’une ouverture d’esprit et d’une générosité exceptionnelle, il a révolutionné la commission centrale des arbitres (CCA) pacifié les relations de cette dernière avec la fédération sénégalaise de football, en ne se focalisant que sur les principes de l’unité et du du progrès ensemble.

Grâce à lui, le Sénégal a su, ces trente dernières années, gérer convenablement ses relations avec les corps arbitraux dans toutes les compétitions nationales et internationales et éviter les impairs pouvant inhérer de la méconnaissance des changements opérés dans le football ces dernières décennies (introduction du hors jeu, du VAR, les cumuls de cartons…), et conseillant sur les recours; rappelant que sur chaque déplacement de sélection nationale du Sénégal (toutes catégories), i la CCA dépêchait un arbitre conseiller.

Mamaya, comme on l’appelait affectueusement, n’a pas seulement formé que des arbitres, mais aussi des inspecteurs d’arbitres mettant les moyens – avec la collaboration de la CAF – pour l’intervention de sommités mondiales comme instructeurs (le mythique arbitre français Michel Vautrot ou encore le célébrissime arbitre Guinée Ameth Diagne…) à l’occasion des multitudes de séminaires organisés entre Saly, Thiès, Toubab Dialaw ou encore Dakar au cours de ces trente dernières années.

Les titres et distinctions de l’homme témoignent de son immensité: ancien arbitre international, ancien Maire de Rufisque, ancien Président de la commission centrale des arbitre du sénégal, ancien Président Commission des arbitres de la CAF et membre de la FIFA, ancien vice président de la CAF…

C’est l’Afrique du football qui a perdu un homme d’une dimension rare. il est sans conteste l’une des plus importantes personnalités de l’arbitrage africain du siècle.
Son rappel à Dieu est un choc pour le monde du sport. Mamaya état l’ami de tous. Et au monde du sport, je présente mes sincères condoléances. Inna lillah wa inna ilayhi raaji’uun.

Cheikh Mbacké Sène
Ami du défunt et Ancien journaliste sportif et auteur du livre « Lions de la Téranga : Vérités et contres vérités sur les échecs répétés 2003-2013) – Editions LEN, France 2014