Hiver, été : faut-il continuer à changer d’heure ?

Le gouvernement français a décidé de vérifier l’impact du changement d’heure sur les économies d’énergie face aux doutes exprimés par les Français à ce sujet.

La ministre de l’Ecologie Ségolène Royale a annoncé, ce samedi 28 mars 2015, quelques heures avant le passage à l’heure d’été, que le gouvernement français a décidé de vérifier l’impact du changement d’heure sur les économies d’énergie face aux doutes exprimés par les Français à ce sujet.

« Changement d’heure: les Français doutent de l’impact sur les économies d’énergie qui en était la raison d’être, le ministère va les vérifier. Le ministère va vérifier la justification et rendra publics les résultats pour décider de l’opportunité l’année prochaine », a écrit Ségolène Royale sur son compte Twitter.

Le changement d’heure a été adopté en France, en 1975, dans le but de faire correspondre les heures d’activités avec les heures d’ensoleillement. Ce qui, dans le même temps, permettait de limiter l’utilisation de l’éclairage artificiel et faire des économies d’énergie.

Si une étude de l’Agence De l’Environnement et de Maîtrise de l’Energie (ADEME) publiée en 2010, fait état d’économies de l’ordre de 440 GWh en 2009, 58% des Français se disent toujours opposés à cette mesure et 66% disent ne pas croire à son impact en terme d’économies d’énergies, selon un sondage BVA-Orange-iTELE.

Les pays de l’Union Européenne ont perdu une heure, dans la nuit de samedi à dimanche, en passant à l’heure d’été, en Afrique aussi, il faudra changer ses habitudes vis-à-vis de l’Europe.