Hicham Arazi, l’artiste

Le Marocain Hicham Arazi vient de se qualifier pour les quarts de finale du tournoi de Monte-Carlo (France). Une belle performance pour le  » magicien des courts  » qui court après les victoires.

Il est grand, il est beau, il est musclé. Hicham Arazi est un brun ténébreux, connu pour ses terribles revers à une main et ses colères sur les courts. Il est surtout l’un des tennismen marocains les mieux classés. Et il l’a prouvé pas plus tard que jeudi en se qualifiant pour les quarts de finale du tournoi de Monte-Carlo.

En battant Cédric Pioline en huitièmes de finale, il prend sa revanche sur le Français qui l’avait éliminé en 98 à Roland-Garros. Pioline s’est laissé emporter par l’ouragan marocain en deux sets, 7-6, 6-1. Au premier tour, le gaucher virtuose n’avait fait qu’une bouchée de l’Argentin Mariano Puerta, avant d’écarter au deuxième tour le Suédois Magnus Norman, tête de série n°3 par 6-2, 6-4. Si Hicham s’est montré très à l’aise sur la surface rouge, il devra faire ses preuves face au très british Tim Henman, tête de série n°8, gentleman des courts à la tenue et au jeu impeccable.

Lancers de raquettes

Né en 1973 à Casablanca, Hicham tombe dans le tennis à l’âge de 5 ans. Papa est professeur et tous ses frères manient déjà la raquette. Mauvais en classe, il sera bon en sport. Mais pas n’importe lequel. En 1993, il entre officiellement dans le circuit du tennis mondial. Qualifié par certains chroniqueurs sportifs de  » magicien des courts « , il s’est révélé au grand public en 1997 en atteignant les quarts de finale de Roland-Garros. Il y avait notamment sorti l’un des favoris de l’épreuve, Marcelo Rios.

Avec Younès Aynaoui et Karim Alami, il est l’un des trois mousquetaires du tennis marocain. Il est l’homme à la raquette d’or qui compense un certain manque de puissance par une énergie folle. Ses colères et ses lancers de raquette rageurs sont en passe de devenir célèbres. Il avoue lui-même être son seul ennemi :  » Je n’ai peur de personne. Je redoute plus Hicham Arazi que tout autre joueur. Si je suis en forme, en confiance, et bien moralement, je suis capable de battre n’importe quel joueur.  » Son rêve : gagner Roland-Garros, à l’instar de ses idoles, John Mc Enroe, Jimmy Connors et Yannick Noah.