Hassan II et la France : une  » amitié  » de raison racontée sur le Net

Un site personnel passionnant revient sur vingt-cinq ans de rapports entre le roi Hassan II et la France, vus à travers le prisme de la presse française. Des retrouvailles de 1969 à la défense habile d’une image malmenée dans les années 1990, tout un pan d’Histoire des relations franco-marocaines s’éclaire d’un jour nouveau : celui du talent médiatique de l’ancien roi.

Le roi Hassan II, disparu il y a un an, fut un personnage de tout premier plan des relations internationales. Il le dut à la qualité de sa vision stratégique autant qu’à son habileté tactique et à la magie de son verbe – ce dernier lui servant à l’occasion à  » habiller  » quelques réalités intérieures embarrassantes. On n’en doutait pas ; on n’en est pas moins ébahi à la lecture du site (simple, accessible et agréablement présenté) consacré par un jeune universitaire à  » L’image d’Hassan II dans les médias français (1969 – 1995) « .

1969, c’est l’année des retrouvailles franco-marocaines, quatre ans après la glaciation qu’avait été l’affaire Ben Barka – du nom de cet opposant à Hassan II enlevé en plein Paris et qu’on ne retrouva jamais. La presse française n’oublie pas l’épisode, et le rappelle à l’occasion au président Georges Pompidou. Mais elle encourage dans son ensemble une réconciliation qui, pense-t-on, aidera à réchauffer les relations entre la France et le Maghreb en général.

Au fil des années, plusieurs temps forts du règne seront ainsi commentés avec la même bienveillance par les médias hexagonaux. De la Marche Verte de 1975 aux intercessions visant, en 1990, à éviter la guerre du Golfe, les efforts du souverain seront toujours compris, souvent admirés par les grands journaux parisiens.

Rempart contre l’islamisme

Le début des années 1990 voit un changement de ton de la presse française à l’égard du roi du Maroc. Alors que le régime s’est libéralisé par rapport à ses débuts, marqués par une répression politique très dure, le discours d’Hassan II  » passe  » paradoxalement de moins en moins bien auprès des médias étrangers. L’auteur du site narre la stratégie de  » défense de l’image «  alors adoptée par le monarque chérifien.

L’ensemble des informations qui font la trame du site sont issues d’un travail universitaire achevé en 1997. Avec le recul, trois ans plus tard, l’auteur semble estimer que la longue relation entretenue, par médias interposés, entre Hassan II et l’opinion française est demeurée globalement superficielle. Ainsi, la bonne image persistante dont Hassan II a bénéficié dans les pages illustrées des journaux populaires, par exemple, tiendrait surtout à l’attrait nostalgique des Français pour le décorum monarchique.

Au-delà, la perception d’Hassan II comme rempart contre l’islamisme radical a constitué l’essentiel de son crédit auprès des commentateurs de la presse  » de référence « . Enfin, la lecture de ce site permet de mieux comprendre les raisons du succès, en France, de la communication politique du jeune roi Mohammed VI, tout entière tournée vers le changement et l’enthousiasme de la jeunesse.