Harry Roselmack, premier journaliste noir au 20h de TF1

Le groupe TF1 a annoncé ce lundi 6 mars, avoir embauché Harry Roselmack, journaliste d’origine martiniquaise, pour remplacer Patrick Poivre d’Arvor pendant les vacances d’été. Il va donc être le premier journaliste noir à présenter le journal de 20h sur une chaîne hertzienne. Problème : l’homme de média est encore sous contrat d’image avec Canal + jusqu’à fin août. TF1, qui s’est avancé un peu vite, serait en pleine négociation.

Par Vitraulle Mboungou

Harry Roselmack, un Noir présentateur du journal télévisé de TF1. L’information fait grand bruit dans le monde des médias. Elle a d’ailleurs fait la Une du Parisien. C’est effectivement la première fois qu’un journaliste noir sera aux commandes de la « grande messe » de 20h sur la première chaîne française. Le journaliste, d’origine martiniquaise, va rejoindre le groupe LCI/TF1 à partir de la fin du deuxième semestre 2006. C’est du moins ce qu’a annoncé, lundi, TF1 dans un communiqué de presse. Il présentera régulièrement les journaux sur LCI à compter de fin juin 2006, et remplacera Patrick Poivre d’Arvor, l’été prochain au 20h de TF1. La chaîne a toutefois oublié un petit détail : le journaliste est sous contrat d’image exclusif avec Canal + jusqu’à fin août 2006. Passé l’effet d’annonce, des discussions seraient actuellement en cours pour régler la situation.

TF1 a effectivement mis la charrue avant les bœufs. « Harry Roselmack est encore sous contrat d’image jusqu’à fin août 2006 », expliquait-on ce mercredi matin à i>télé, la chaîne d’information du groupe Canal +, TF1 s’est tellement engagé sur la venue d’Harry Roselmack, que la chaîne voit comme le joker de Patrick Poivre d’Arvor, qu’elle est obligé de trouver une solution. » Après quelques passages à France Info et France 3, Harry Roselmack présente depuis août 2005 sur i>télé, « la grande édition » de 18h à 18h30, le grand journal de début de soirée de la chaîne. Il est aussi présent sur Canal+, où il présente le journal de la mi-journée dans l’émission « Nous ne sommes pas des anges ».

Exit Thomas Hugues. La décision de TF1 d’embaucher Harry Roselmack intervient quelques semaines après la fameuse réunion à l’Elysée de Jacques Chirac avec les présidents de chaînes, suite aux émeutes dans les banlieues. Le Président de la République leur aurait demandé une meilleure représentativité de la diversité française dans les médias. Ainsi certains parlent déjà d’une mesure de discrimination positive dont Thomas Hugues, le dauphin de PPDA jusqu’alors, ferait les frais. La première chaîne lui aurait proposé en compensation deux postes à responsabilité au sein du groupe TF1. Mais ce dernier aurait refusé, préférant retrouver toutes ses fonctions. Rappelons qu’il est aussi avec sa femme Laurence Ferrari, rédacteur en chef et présentateur de l’émission hebdomadaire, « Sept à Huit ».

Le club Averroès extrêmement satisfait

En prenant la commande du journal le plus regardé des Français, Harry Roselmack devient avec Audrey Pulvar, d’origine martiniquaise également, l’un des rares journalistes noirs à présenter un journal d’information sur une chaîne nationale. Audrey Pulvar est sur France 3 depuis septembre 2005 où elle présente l’édition du soir, le « 19/20 » après avoir été co-présentatrice avec Louis Laforge du journal de 23 heures. En outre, le groupe TF1/LCI compte déjà dans ses rangs Christine Kelly, présentatrice du journal sur LCI et d’une émission sur la chaîne câblée Ushuaïa. Il marque ainsi sa volonté d’instiller plus de diversité au sein de son antenne.

Le recrutement de Harry Roselmack satisfait notamment le Club Averroès, qui défend l’image des minorités dans les médias français. Ce club fondé en 1997, dont ce dernier est membre, regroupe près de 300 professionnels des médias, en particulier des journalistes. Son président Amirouche Laïdi s’est dit « extrêmement content » de cette nomination. « L’arrivée d’Harry Roselmack au 20h de TF1, est une nouvelle pour nous qui fait l’effet d’une bombe : un 20h présenté par un Noir sur la première chaîne française !…Pour nous, c’est une sacrée avancée », a-t-il déclaré à la presse. Pour lui, cette nomination « d’une personne de couleur au premier journal d’une chaîne privée » est une véritable « victoire dans la normalisation ». Il espère ainsi que très bientôt, lorsque le téléspectateur regardera ce journal, il « ne verra plus le Noir mais le journaliste ».