Hamad bin Hamdan Al Nahya, l’Emirati qui roule à 8 roues

800px-sheikh_hamad_bin_hamdan_al_nahyan_with_largest_model_willys_jeep_2009.jpg

Cheikh Hamad Bin Hamdan Al Nahya, un Emirati aux passions extravagantes et sans limites.

Pas de Lamborghini ou de Ferrari. Sheikh Hamad bin Hamdan Al Nahya, sa passion c’est le tuning. Au Maroc, où ce membre de la famille royale d’Abu Dhabi a fait de Rabat sa résidence principale, le milliardaire émirati ne passe pas inaperçu à bord de ses véhicules loufoques. Des 4×4 transformés en engins hybrides. Des bolides à 6 ou 8 roues. Chacun de ses passages dans les rues de la capitale du royaume est mitraillé de photos par les passants.

Sa villa titanesque, située à quelques kilomètres de Rabat, est un véritable entrepôt dédiée à sa passion pour le tuning. On dénombre pas moins de 100 véhicules stockés à l’intérieur de sa propriété. Son amour pour les gros engins à 6 roues ne s’arrêtent pas là puisqu’il est propriétaire d’environ 600 véhicules entreposées dans ses nombreuses résidences à l’étranger. Son parc situé près d’Abou Dhabi a même été transformé en un gigantesque musée automobile, ouvert au public.

Un tuning de luxe

A 55 ans, Hamad Ben Hamdane Al Nahyane est l’un des plus grands et célèbres collectionneurs au monde. Outre ses mastodontes à six roues, ses doubles mobylettes ou encore ses voitures de collection, le dénommé « Cheikh arc-en-ciel » (en raison de son excentricité multicolore) voit la vie en grand avec des modèles de voiture cinq fois plus grandes que la moyenne. Des Jeeps camions !

emirates_auto_museum-14.jpg

800px-sheikh_hamad_bin_hamdan_al_nahyan_with_largest_model_willys_jeep_2009.jpg

Et même s’il avoue ne pas être fan des Lamborghini et des Ferrari, développer une telle passion à un coût. Son budget pour la seule collection au Maroc frôle les 600 000 dirhams, soit 52 000 euros. Et pour créer ces modèles, « unique au monde » bien entendu, une quinzaine de mécaniciens indiens et marocains s’activent pour satisfaire le prince Aboudhabien. La famille et le personnel du cheikh vivent au rythme de sa passion.

Habitué du Livre Guinness des records pour diverses inventions, le milliardaire a, en 2011, engagé des travailleurs pour creuser les lettres de son prénom, HAMAD, dans le sable du désert d’Abu Dhabi. Vue imprenable depuis l’espace…

afa8b79a4c19b0cdaa8edbeebdf6180b.jpg