Guinée : les ordres du général Konaté seront-ils respectés ?

Des élections, et vite ! Le président de la transition guinéenne, le général Sékouba Konaté, s’est adressé, mardi, à la CENI, au gouvernement et aux deux candidats au second tour de l’élection présidentielle. Au cours de cette rencontre qui s’est tenue au palais du peuple de Conakry, il a demandé à la commission électorale de proposer rapidement une date pour la tenue du scrutin.

Sékouba Konaté semble plus pressé que jamais de rendre le pouvoir. Après une semaine de silence, depuis le report du second tour du 19 septembre, il s’est enfin prononcé sur cette décision. Il a affirmé son inquiétude quant à la tournure que prend la transition, qui pour lui dure trop longtemps. Le chef d’Etat réclame à la CENI une date dans les meilleurs délais pour la tenue du scrutin. Second tour dont un autre report est exclu, estime le Général. « Je ne l’accepterai pas », a-t-il clairement affirmé, avant d’ajouter : « J’ai fait mon devoir et attend des autres acteurs de la transition qu’ils en fassent autant ». Il demande ainsi à la CENI de tirer des leçons de son échec et de prendre toutes les mesures afin « d’éviter à la Guinée de connaître un triste sort ».

Sékouba Konaté s’exprimait ainsi devant les deux candidats au second tour, Cellou Dalein Diallo et Alpha Condé, le gouvernement, le représentant du médiateur Blaise Compaoré, le Conseil National de la transition (CNT), des institutions internationales et des diplomates accrédités en Guinée. Le Général a rassuré son public quant à la volonté de l’armée de rendre le pouvoir aux civiles et, dit-il, de se mettre au service de la démocratie. Il a, enfin, appelé tous les Guinéens à l’unité et à la cohésion nationale ce qui ne vas pas sans, dit-il, bannir le régionalisme et l’ethnocentrisme.


Bientôt une date pour le second tour

Au sortir de la rencontre, le directeur des opérations de la commission électorale, Pathé Dieng, a affirmé que son institution avait pris acte et ferait en sorte que les Guinéens soient fixés sur la date du second dans les plus brefs délais.

Quant aux deux candidats, ils se sont tous deux réjouis des déclarations du président de la transition. Mais l’un veut que tous les problèmes soient résolus avant la tenue du scrutin, alors que l’autre est pressé d’aller au second tour. Ainsi, Alpha Condé a déclaré tenir à ce que tous les disfonctionnements du premier tour soient réglés, alors que son adversaire, Cellou Dalein Diallo, a salué la rupture de ce qu’il a appelé le silence des responsables de la transition vis-à-vis de la crise politique.