Guinée : le combat contre Ebola continue malgré les rumeurs

En Guinée, le virus Ebola continue de faire des victimes. Les cas se multiplient, pour tenter d’y faire face, le pays a décidé de prolonger jusqu’à fin juin, « l’urgence sanitaire renforcée » dans huit préfectures ainsi que de lancer une campagne de sensibilisation et de contrôles dans les zones concernées. Des rumeurs à propos du virus mettent à mal le travail du personnel de santé.

Face à la multiplication de nouveaux cas, le combat contre le virus Ebola ne faiblit pas en Guinée. L’urgence sanitaire a été renforcée jusqu’à la fin du mois de juin dans huit préfectures du pays. Par ailleurs, une campagne de sensibilisation a été lancée dans les zones où le nombre de malades est important.

La zone frontalière Guinée-Sierra Leone est particulièrement à risque. C’est dans cette zone que le virus est plus virulent. Les mesures prises dans cette région ne sont pas bien appliquées, selon le personnel de santé. Pour le coordinateur de lutte contre Ebola, il faut « affiner les stratégies pour empêcher les contacts d’une localité à une autre et essayer de mettre en place un système pour identifier tous les cas de décès et leur faire un enterrement digne et sécurisé ».

La lutte contre le virus Ebola peine à se faire face à la propagation de rumeurs, essentiellement sur sa transmission. Plusieurs rumeurs de tout genre vont bon train en Guinée. Ainsi les Guinéens craignent le trafic d’organes ou de cadavres. Ils croient également à des théories du complot selon lesquelles les Blancs comptent faire main basse sur les ressources africaines ou des dirigeants pour capter les fonds ou encore réduire des populations jugées hostiles au pouvoir.

Afin de lutter contre ces rumeurs, les autorités du pays ont mis en place une radio communautaire pour informer la population. Le message véhiculé est clairement dissuasif, « quiconque laisse passer une maladie à potentiel épidémique qui constitue un danger pour la vie de la communauté va être considéré comme un criminel ».

Chaque semaine, entre neuf et quinze cas sont découverts en Guinée. Les autorités craignent une hausse du nombre de cas dans les prochains jours.