Guinée : la date des législatives suscite des polémiques

La réaction de l’opposition guinéenne réunie au sein du Collectif des partis politiques pour la finalisation de la transition et de l’Alliance pour la Démocratie et le Progrès (ADP) ne sait pas fait attendre mercredi après la proclamation de la date des élections législatives prévues le 12 mai 2013 par le président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), Bakary Fofana. Les opposants rejettent et dénoncent le caractère unilatéral du choix de la date.

(De notre correspondant)

L’opposition guinéenne qui s’est réunie jeudi 13 décembre dans la soirée pour avoir une décision commune, avait, d’ores et déjà, rejeté mercredi la date du 12 mai 2013 prévue pour l’organisation des élections législatives en Guinée. « C’est un coup de force du président de la CENI », a dénoncé le porte-parole des deux blocs de l’opposition, Aboubacar Sylla. « Il (ndlr : le président de la CENI) est allé nuitamment devant les médias d’Etat pour affirmer que les membres de la CENI sont tombés d’accord sur la date du 12 mai alors que cela n’a pas été le cas », a-t-il souligné. Avant d’ajouter qu’il condamne « ce coup de force » du président de la CENI. Nous estimons que ce qu’il a dit à la télévision n’engage que sa personne », a précisé Aboubacar Sylla.

Selon lui, les décisions de la CENI se prennent en Assemblée plénière. « Il n’y a pas eu de session plénière avant la déclaration du président de la CENI. Donc, nous nous pensons que c’est une date choisie de façon unilatérale », a-t-il dit.

Dix commissaires de la CENI se désolidarisent

Dans la même lancée, dix commissaires de la CENI issus de l’opposition ont publié une déclaration pour se désolidariser du président de l’institution Bakary Fofana.

Pour ces commissaires, « l’acte que vient de poser Monsieur le Président de la CENI n’obéit pas aux principes cardinaux de fonctionnement de l’Institution ». Ils ont souligné que par ce geste, le président de la CENI vient en effet, de contrevenir de manière unilatérale, à des décisions de la Plénière souveraine et dont la plus importante était qu’aucune décision sur le chronogramme et sur l’Opérateur Technique en charge du fichier électoral ne devrait intervenir avant le 22 décembre 2012, et seulement après présentation et analyse du Rapport de l’OIF ». Sur ce, ils expriment leur total « désaccord » avec le Président de la CENI et que sa déclaration du mardi 11 décembre 2012 ne leur engage point.

Les Etats-Unis félicitent la CENI

Après la publication de la date des élections législatives par le président de la CENI, la réaction des Etats-Unis ne s’est pas fait attendre. Dans un communiqué rendu public mercredi, le pays de l’oncle Sam a exprimé son soutien à la CENI et appelle par la même occasion la classe politique guinéenne à accompagner le processus électoral en cours.