Guinée : l’archevêque et l’imam de Conakry appellent à l’apaisement

Ce samedi 10 octobre, l’archevêque de Conakry Monseigneur Vincent Coulibaly et l’imam de la mosquée de Fayçal El Hadj Mamadou Saliou Diallo ont fait une déclaration au siège delà commission Provisoire de Réflexion sur la réconciliation nationale sis à la villa 36 des nations.

A Conakry,

Face à la situation tendue en Guinée, Monseigneur Vincent Coulibaly a appelé à l’apaisement dans le cadre de la présidentielle qui provoque beaucoup de remous en Guinée. Une déclaration motivée par les derniers événements malheureux de la dynamique électorale. Selon lui, l’élection présidentielle de cette année devrait être vécue comme un tournant décisif dans l’histoire de la Guinée. Et d’ajouter : « Après le scrutin de 2010, ce nouveau rendez vous avec les urnes devrait être une occasion de consolidation et de croissance de note processus démocratique. Mais force est de constater que nous avons encore des efforts à fournir pour résister à l’utilisation de la violence verbale et physique. Le déroulement de cette campagne électorale illustre bien le fait que si le peuple guinéen souhaite résolument faire le choix d’être un peuple mûr en matière de démocratie, dont les rendez vous électoraux se déroulent sans violence, dans le dialogue et le débat intellectuel, les vieux démons communautaristes et les discours politiciens ont encre droit de cité dans notre pays, avec des résultats douloureux dont nous porterons longtemps les stigmates ».

Et de poursuivre : « Au lieu de choisir de faire comme celui qui prétend que le risque n’existe pas parce qu’il fait semblant de ne pas bien voir, nous devons choisir la voie de la prévention par le choix de la tolérance en période électorale.»

Et Monsieur Vincent Coulibaly de conclure : « Nous voudrions renouveler notre appel pressant aux principaux acteurs de la complétion électorale, nous voulons parler des leaders de partis politiques. En démocratie, une élection est et doit rester u débat d’idées fait d’exposition de projets de société dont l’électeur est l’arbitre. Pour sauvegarder notre pays et notre droit à designer ceux qui ont reçu l’onction de nous diriger, nous devons faire preuve de sagesse et de capacité de retenue avant, pendant et après les élections ».