Guinée-équatoriale : la communauté camerounaise malmenée après deux hold-up

Le Cameroun a envoyé une mission diplomatique en Guinée Equatoriale, où ses ressortissants ont été visés par les forces de l’ordre, la semaine dernière, suite à un hold-up meurtrier attribué à des Camerounais. Des milliers seraient encore réfugiés dans leurs représentations diplomatiques malgré le retour au calme.

Le gouvernement camerounais vole au secours de ses ressortissants en Guinée-équatoriale. Un avion militaire médicalisé « Hercule C130 » a été affrété pour apporter de l’aide et éventuellement rapatrier ceux qui le souhaiteraient. Les étrangers vivants dans le pays voisin, particulièrement les Camerounais, ont été pris à partie par les forces de sécurité du pays depuis mercredi, après que le hold-up de deux banques, à Bata, a fait un mort parmi les clients. Les bandits, armés de fusils automatiques, arrivés et repartis par la mer à bord d’embarcations rapides, sont accusés d’être Camerounais.

Près de 8 000 Camerounais se seraient réfugiés dans leur ambassade de Malabo et le consulat de Bata alors que d’autres ont regagné leur pays. Certains témoignent avoir été maltraités et pillés par les forces de l’ordre et une centaine ont été retenus dans un camp militaire après leur interpellation. « Des zones de turbulence sont signalées depuis quelque temps dans le ciel des relations entre le Cameroun et la Guinée équatoriale », a réagi lundi le gouvernement camerounais, jusque là resté muet, à travers un communiqué. Il regrette par ailleurs que ses nationaux aient été visés avant même la fin de l’enquête.

Des précédents

Jeudi, pour venger leurs compatriotes, des individus s’en sont pris à des étudiants équatoguinéens dans le campus universitaire de Buea, poussant une cinquantaine de ces derniers à trouver refuge dans un commissariat, certains présentant des hématomes. Le consul général de Guinée Equatoriale au Cameroun est allé les chercher pour les conduire à Douala, malgré l’appel du secrétaire général de l’Union des étudiants de l’université les invitant à regagner leurs chambres.

En mars 2004 déjà, des ressortissants camerounais avaient été expulsés de Guinée-équatoriale après que les autorités locales aient affirmé avoir déjoué une tentative de coup d’Etat qui aurait été en partie préparée au Cameroun. Les militaires avaient été déployés dans la rue pour contrôler la régularité du séjour des étrangers qui proviennent de toute la région ouest et centrafricaine depuis que la Guinée Equatoriale est devenue producteur de pétrole au milieu des années 1990.