Guinée : Condé quitte le groupe WhatsApp puis éconduit Ouattara, Addo, Issoufou et Buhari

Le Président de la Guinée, Alpha Condé

Après avoir quitté le groupe WhatsApp des chefs d’Etat qui ont décidé de jouer la carte de la démocratie et se conformer à leurs différentes Constitutions, le Président guinéen, Alpha Condé, a éconduit ses homologues qui voulaient rejoindre Conakry pour le raisonner.

Ils étaient quatre chefs d’Etats africains, tous membres de la CEDEAO (Communauté Economique des Etats d’Afrique de l’Ouest), qui s’apprêtaient à effectuer le déplacement en Guinée pour tenter de convaincre leur homologue de ne pas s’aventurer dans une éventuelle modification de la Constitution dans le but de briguer un troisième mandat, mais ils n’auront pas l’opportunité de fouler le sol guinéen.

La raison : Alpha Condé, à travers une belle stratégie de communication, a donné une raison très convaincante pour justifier son refus de les recevoir : le Coronavirus qui est devenu une pandémie. Seulement, en Guinée, il n’y a à ce jour qu’un seul cas détecté de la maladie. Finalement, le Nigérian Muhammadu Buhari, l’Ivoirien Alassane Ouattara, le Nigérien Mouhamadou Issoufou et le Ghanéen Nana Akufo Addo, n’ont pu effectuer le déplacement sur Conakry.

Les conditions des élections législatives couplées au référendum, prévues dimanche 22 mars, deux scrutins contestés par l’opposition et la société civile, ne seront malheureusement pas débattues par le pool de chefs d’Etat. L’occasion d’insister sur l’assainissement du fichier électoral et l’inclusion de l’opposition politique guinéenne dans le processus électoral étant annihilée par le Président Condé qui a poliment fermé ses portes à la délégation.

Alpha Condé, qui a axé son refus de recevoir ses pairs sur la pandémie, fait toutefois fi de cette maladie puisqu’il va saisir l’opportunité des attentions captées par le Coronavirus pour organiser les élections, dimanche. Un double scrutin qui lui permettrait de franchir la ligne rouge en briguant un éventuel troisième mandat.

A lire : Côte d’Ivoire : Ouattara bloqué par Biya sur WhatsApp, Alpha Condé quitte le groupe