Guinée : comment se porte le capitaine Camara ?

Plusieurs informations contradictoires circulent sur l’état de santé de Dadis Camara. Le chef de la junte guinéenne qui a fait l’objet d’une tentative d’assassinat, se trouve depuis vendredi à l’hôpital militaire de Rabat, au Maroc, pour un traumatisme crânien. Le ministre guinéen des affaires étrangères a assuré lundi que le leader « reconnaissait son entourage » mais « qu’il ne pouvait pas communiquer ». Cependant, on ignore s’il aura des séquelles après sa blessure à la tête.

« Son état (de santé) évolue sûrement, ce qui me fait dire qu’il pourra s’adresser à la nation, mais je ne peux pas vous dire maintenant à quel moment. Ce que je sais, c’est que sa vie est hors de danger », a déclaré à RFI, lundi, le ministre guinéen des Affaires étrangères Alexandre Cécé Loua, à propos de Dadis Camara. Le chef de la junte, blessé à la tête jeudi dernier par son aide camp, et évacué au Maroc, « reconnait son entourage » mais « ne peut pas communiquer ».

Admis vendredi à l’hôpital militaire de Rabat, Dadis Camara avait subi une intervention chirurgicale pour un traumatisme crânien. « Les suites opératoires sont très favorables, son état n’inspire pas d’inquiétude », a ajouté M. Cécé Loua. Cependant, le président ne devrait pas rentrer cette semaine dans son pays. Idrissa Chérif, le ministre guinéen de la Communication, a déclaré ignorer si « le patron rentrera lundi, mardi, mercredi, ou autre ». Après avoir auparavant affirmé que Dadis Camara rentrerait mercredi, il a précisé que son retour « dépendait de ses médecins ». Mais selon un diplomate s’exprimant sous le couvert de l’anonymat, un éclat d’os aurait percé le cerveau et les médecins ne sauraient pas encore si le capitaine Camara se rétablirait complètement.

L’œil du Tigre

En attendant son hypothétique rétablissement, le pouvoir a été confié au ministre de la Défense, le général Sékouba Konaté alias « le Tigre », second vice-président du Conseil national pour la démocratie et le développement (Cndd, au pouvoir). La décision a été prise quelques heures seulement après l’évacuation médicale du leader guinéen au Maroc. Le général Konaté, numéro 2 de la junte, a dû écourter son voyage au Liban pour regagner Conakry, par vol spécial, vendredi dans la nuit. La tâche du président intérimaire s’annonce délicate. Le général Sékouba Konaté devra reprendre les rênes du pouvoir dans un contexte politique instable où l’armée est divisée. Pour l’heure, l’importance est donnée à la recherche du meurtrier présumé de Dadis Camara, Toumba Diakité, qui reste toujours introuvable.

La Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a profité de la tentative d’assassinat perpétrée contre Dadis Camara pour réitérer son opposition à la junte. Dans un communiqué diffusé dimanche, elle a exhorté l’armée à remettre immédiatement le pouvoir aux civils, avec la mise en place d’une autorité de transition et l’organisation d’élections qui exclurait les membres de la junte.

Lire aussi :

 Guinée : Toumba Diakité, l’homme à abattre

 Guinée : Dadis Camara victime d’une tentative d’assassinat