Guinée : Alpha Condé promet des élections législatives libres et transparentes

A l’occasion de la célébration du 54e anniversaire de l’indépendance à Boké, ville située à plus de 300 kilomètres de Conakry où se sont déroulées les festivités, le président guinéen Alpha Condé a réitéré son intention d’organiser les élections législatives libres et transparentes le plus vite possible. Cette fois-ci, il menace d’organiser le scrutin avec l’opposition qui voulait se rendre aux urnes.

(De notre correspondant)

Alpha Condé a tenu à rassurer l’opposition qui réclame l’organisation des élections législatives libres et transparentes. A l’occasion de la célébration du 54e anniversaire de l’indépendance à Boké, ville située à plus de 300 kilomètres de Conakry où se sont déroulées les festivités, le président guinéen a réitéré son intention d’organiser les élections législatives le plus vite possible, en menaçant d’organiser le scrutin avec l’opposition qui voulait se rendre aux urnes.

« Je vous garantis que les élections guinéennes se feront dans la transparence. J’ai gagné en 1993. Mais, j’ai dit qu’on ne gouverne pas le cimetière. On gouverne des hommes. Jamais dans mon opposition, je n’ai jeté des pierres. C’est ça l’opposition démocratique. Mais soyez certains, le train des élections législatives va partir de la gare. Ceux qui monteront dedans, iront. Ceux qui ne monteront pas, resteront sur le quai. Personne n’arrêtera plus la Guinée dans sa marche vers l’avant », a déclaré Alpha Condé devant une foule venue nombreuse pour les festivités de l’indépendance.

Dans la même lancée, le président guinéen a fustigé ses opposants dont la plupart ont occupé de hautes fonctions dans l’ancien régime. « Je n’ai pas gouverné la Guinée. Je n’ai pas contracté de dettes », a-t-il souligné, en ajoutant : « Ceux qui ont mis le pays à terre, qui ont utilisé les trois milliards pour se construire des châteaux et des maisons partout, ont tout fait pour qu’on n’ait pas le PPTE (l’allégement de la dette dans le cadre du plan pour les pays pauvres très endettés, ndlr). Mais on l’a eu. Ils veulent aussi nous bloquer pour que nous n’ayons pas le 10e FED », a-t-il dénoncé.

Il a par ailleurs mis en garde les cadres du secteur minier qui se prêteront à la corruption. « La corruption ne se pratique pas seulement au niveau de l’Etat. Il y a aussi des cadres dans les sociétés minières qui utilisent des fonds pour eux-mêmes, afin de créer de la sous-traitance pour détourner l’argent. Nous allons les balayer. Les bons jours de ces vautours sont finis. On va les balayer tous et mettre des cadres honnêtes qui travailleront pour le peuple et non pas pour créer des sociétés de sous-traitance et rendre misérable le peuple », a-t-il prévenu.

Réagissant à la déclaration du président Alpha Condé, le chef de file de l’opposition, Cellou Dalein Diallo affirme qu’il est prêt à aller aux élections mais pas à n’importe lesquelles. « Il y a des conditions préalables avant d’aller aux élections, à savoir, entre autres, le choix de l’opérateur qui va effectuer la révision du fichier électoral », nous a-t-il confié.

Lire aussi :

 Tueries du 28 septembre en Guinée : trois ans plus tard, les coupables restent inconnus

 la Guinée obtient l’allégement de sa dette

 Guinée : la manifestation de l’opposition se déroule dans le calme à Conakry