Guillaume Soro invité à retirer sa plainte contre le journaliste Sidi Tehra de L’Essor Ivoirien

Guillaume Soro

Le Comité pour la protection des journalistes a appelé aujourd’hui Guillaume Soro, homme politique de Côte d’Ivoire, à retirer sa plainte pénale contre Sidi Tehra, directeur de l’hebdomadaire privé L’Essor Ivoirien, et à défendre la réforme du code pénal du pays afin d’éviter que les journalistes ne soient emprisonnés leur travail.

Sidi Tehra a déclaré au CPJ que l’homme politique avait accusé le journaliste le 16 mai de l’avoir diffamé en diffusant de fausses informations. La plainte est liée à un article paru dans l’édition de L’Essor Ivoirien du 6 au 12 mai, selon Tehra, une copie de documents judiciaires publiés sur la page Facebook du Syndicat national des professionnels de la presse de Côte d’Ivoire, ont rapporté des médias locaux et le secrétaire général du syndicat, Guillaume Gbato. L’article indiquait que Soro distribuait des armes dans le nord du pays, selon les documents.

Guillaume Soro est un ancien Premier ministre qui a annoncé aujourd’hui sa candidature à la présidence de 2020, selon des reportages.

« Guillaume Soro devrait montrer qu’il est un défenseur de la démocratie et une presse libre en retirant sa plainte légale contre Sidi Tehra, directeur de L’Essor Ivoirien, et en œuvrant à la réforme du code pénal ivoirien afin de mettre fin à la criminalisation du journalisme« , a déclaré le coordinateur du programme Afrique du CPJ Angela Quintal à Johannesburg. « Soro devrait reconnaître les implications régressives de ses actions pour la liberté de la presse et devrait envisager d’autres mesures correctives s’il se sent lésé. »

Sidi Tehra a été convoqué à une audience dans la capitale économique, Abidjan, le 31 mai, mais l’affaire a été renvoyée à plus tard. La prochaine audience n’a pas encore été programmée et Tehra n’est soumis à aucune restriction, a déclaré Gbato.

Un document d’accusation, consulté par le CPJ et daté du 29 mai, mentionnait l’article 90 de la loi sur la presse ivoirienne, qui couvre la diffamation et prévoit une amende maximale de 3 millions de francs ouest-africains (5 100 dollars des États-Unis); et l’article 173 du code pénal relatif à la diffusion de fausses informations, passible d’une peine maximale de trois ans d’emprisonnement et d’une amende de 5 millions de francs ouest-africains.

Le porte-parole de Guillaume Soro, Moussa Touré, a déclaré au CPJ, via une application de messagerie le 28 mai, que poursuivre Tehra « fait partie des droits constitutionnels de [Soro]« . Dans un message publié le 20 mai sur Facebook, Gbato a déclaré que le syndicat s’était opposé aux poursuites judiciaires de Tehra et avait souligné que les organismes de réglementation étaient mieux placés pour résoudre le problème.