Guerre en Ukraine : l’Afrique interpelle l’Europe

Emmanuel Macron, président du Conseil de l'UE
Emmanuel Macron, président du Conseil de l'Union Européenne

Lors d’une adresse aux chefs d’Etat européens par visioconférence, le président en exercice de l’Union Africaine, le Sénégalais Macky Sall, a averti que la situation sur le continent est très préoccupante, alertant que «le pire est peut-être devant nous».

La sortie du dirigeant sénégalais intervient au moment où l’Organisation des Nations Unies dit craindre un ouragan de famine dans le monde. Les pays africains sont d’autant plus menacés qu’ils importaient plus de la moitié de leur blé d’Ukraine ou de Russie : deux pays en guerre. Le Président sénégalais a exhorté les 27 à tout faire pour libérer les stocks disponibles. Le président en exercice de l’Union Africaine s’est par ailleurs alarmé des sanctions européennes sur le commerce de céréales.

Pour sa part l’Europe insiste que les sanctions occidentales contre Moscou ne sont pas responsables des tensions sur le marché alimentaire, avec notamment la rupture de plusieurs denrées alimentaires et la forte hausse des prix. D’ailleurs, le chef du gouvernement belge, Alexander De Croo, a accusé la Russie de prendre en otage les céréales mondiales. Position que ne partagent pas certains pays européens, comme l’Italie.

En effet, le Premier ministre italien, Mario Draghi, a, de son côté, assuré que Moscou s’était dit prêt ouvrir l’accès à Odessa, ville portuaire de la mer Noire située au sud de l’Ukraine, et faciliter l’exportation de blé. Vladimir Poutine se serait dit prêt à laisser passer des embarcations de marchandises en posant toutefois ses conditions : ces navires ne devront pas transporter d’armes à livrer à l’Ukraine. La balle est donc dans le camp de l’Europe.

A lire : Guerre en Ukraine : l’ONU alerte contre la plus grave crise alimentaire de l’histoire