Grand comme Maghreb

Lentement, mais sûrement, la ligne de fracture entre richesse et pauvreté, démocratie et dictature, se déplace de la Méditerranée vers le désert. Un phénomène à peine perceptible tant sont fortes les tensions qui traversent la région, mais qui paraît irréversible.

Le Grand Maghreb est-il pour bientôt ? Malgré les pesanteurs, les espoirs déçus, les  » processus de démocratisation  » qui s’allongent à l’envi, le projet  » panmaghrébin  » encore à l’état de chantier, lentement, le Maghreb s’ébranle vers une libéralisation de ses sociétés et s’impose face à l’Europe comme son futur grand partenaire du bassin méditerranéen.

L’Union du Maghreb arabe (UMA) en souffrance pour cause de désaccords persistants entre le Maroc et l’Algérie, notamment sur la question du Sahara occidental, est opportunément relancée. D’abord par la décision de la Libye et de la Tunisie, début juin, de porter à l’équivalent d’un milliard de francs français leurs échanges commerciaux et de créer une zone de libre échange.

Dans la foulée, une décision comparable a été prise par le Maroc et la Mauritanie, également membres de l’union. Les sénats algériens et marocains ont créé des séminaires communs pour étudier des modalités de rapprochement. Et si la presse chérifienne continue d’égratigner Alger pour son soutien à la cause sarhaouie, rappelant habilement que pareille position n’est pas sans freiner la construction d’une union économique capable de parler d’une voix face à Bruxelles, reste que depuis sa création, en 1989, les échanges entre les différents protagonistes de l’UMA ont tout simplement doublé.

En dépit des violences qui persistent, d’une misère sociale endémique et des difficultés que vit l’Algérie pour mener à bien le chantier des privatisations, la croissance du pays a triplé entre 1997 et 1998, passant de 1, 1% à 3, 3%. En Tunisie, la croissance atteint 6%/an, le revenu annuel par habitant a doublé en une décennie.

Efforts mutualisés

Bien sûr, le Maroc empêtré dans des inégalités sociales des pires que connaît le monde arabe, soumis à une forte pression démographique et cruellement dépourvu de ressources naturelles, s’achemine vers une nouvelle année de récession. Bien sûr, 60% des mauritaniens vivent en dessous du seuil de pauvreté, en dépit d’une croissance annuelle dépassant les 4% en 1998. Il n’empêche : l’UMA constitue un marché potentiel de 75 millions d’âmes. Si les nations qui la composent parviennent à un semblant d’unité économique et à mutualiser leurs efforts pour se doter d’infrastructures communes (autoroutes transfrontalières, réseaux bancaires, liaisons satellitaires et téléphonie…) alors tous les espoirs sont permis.

Le Maghreb a pour lui une population jeune et – au moins- deux langues communes -, l’Arabe et le Français. En outre, un mouvement de libéralisation des sociétés civiles s’est enclenché, en dépit des difficultés énormes qu’elles rencontrent.

En Algérie, la loi de Concorde civile n’a pas mis un terme à la violence islamique, mais celle-ci marque le pas. Si l’administration du président Bouteflika n’a toujours pas – et c’est un euphémisme- rompu avec les vieux démons autocratiques, paradoxalement, les années de crise ont vu naître un pluralisme politique et une presse libre à laquelle la société algérienne n’est pas prête à renoncer.

Au Maroc, certes, le nouveau souverain doit composer avec la vieille garde qui a constitué la main de fer de feu son père. Mais il hérite d’un pays où, depuis l’alternance octroyée au gouvernement à majorité socialiste de M Youssoufi, la démocratie a des chances de s’enraciner. Las, le royaume chérifien cède lui aussi à la tentation de l’arbitraire, comme l’ont prouvé les récentes saisies de  » Jeune Afrique  » et des rares journaux qui avaient repris une lettre ouverte d’un leader islamiste interpellant le jeune souverain.

Mais en se débarrassant du bras droit d’Hassan II, le très redouté ministre de l’intérieur, Driss Basri, en permettant au plus célèbre opposant politique Abraham Serfaty, de retourner dans son pays, Mohamed VI a voulu, au moins de façon symbolique, marquer sa rupture avec le passé.

En Tunisie même, où les frasques autoritaires du régime finissent par le ridiculiser aux yeux de l’opinion internationale, il est permis d’espérer que l’après-Ben Ali consacrera une génération de politiques capable de se mettre au diapason d’une classe moyenne qui a émergé à la faveur du  » miracle économique « . Et réclame de plus en plus ouvertement l’adoption de pratiques dignes des démocraties modernes.