Grâce à la coopération Belgo-camerounaise, l’eau potable coule à flot dans la ville de Mbankomo

Le Ministre de l’Eau et de l’Energie, Basile Atangana Kouna, a procédé vendredi 10 Février 2012, à l’inauguration et à la mise en service officielle de l’adduction d’eau potable de la ville de Mbankomo. Il s’agit d’un ouvrage réalisé par la Camwater dans le cadre de la première phase du projet des 52 centres. Ce projet est financé par la Banque Belge Dexia, à hauteur de 39,4 milliards de FCFA. L’adduction d’eau potable de Mbankomo est constituée d’un réservoir de 200 m³, de 13705 mètres linéaires de canalisation et d’un centre d’exploitation. Les travaux dont la pose de la première pierre avait eu lieu en Novembre 2010, ont été réalisés par la Société Balteau/Aspac International.

Avec la mise en service de cet ouvrage, la localité de Mbankomo, située à une vingtaine de kilomètres de la capitale politique (Yaoundé) voit ainsi s’évanouir les difficultés d’accès à l’eau potable auxquelles les populations faisaient face. A en croire une élite locale, cette ville « bénéficiait d’un approvisionnement marginal en eau potable grâce à quelques forages mis en place dans le cadre, soit du projet « Otélé », soit de la coopération avec l’Union Européenne, mais aussi grâce à la construction de quelques puits artisanaux « .

Selon les projections des spécialistes, avec une production de 600 m³/jour, cette adduction d’eau potable pourra couvrir les besoins des populations de cette localité pendant les cinquante prochaines années.
Outre Mbankomo, la première phase du projet des 52 centres comprend les localités de Bogo, de Jikejem-Oku où des travaux de réalisation d’adduction d’eau sont également déjà achevés ou sont en cours d’achèvement. Sont également concernées, les villes de Douala et de Maroua où l’outil de production a été renforcée et/ou densifiée.

Les 2ème et 3ème phases quant à elles comprennent les villes de Yaoundé, de Buéa, Limbé, Nnanga-Eboko, Meyomessala, Bikok, Tonga et Tokombéré et la quatrième phase, les villes de Kribi, Mbouda, Foumbot, Mfou, Belabo, Bamenda, Yagoua, Maroua (campus universitaire) et Kaélé. Dans ces différentes localités, il est question de procéder à la réhabilitation, au renforcement et à la densification des systèmes d’adduction d’eau potable existants et à la construction de systèmes complets là où il n’en existe pas encore. Le démarrage des travaux est imminent pour toutes ces villes, les financements étant déjà disponibles.

La Camwater déroule ainsi sereinement son programme d’investissement adopté lors du démarrage de ses activités en 2008. Evalué à 400 milliards de FCFA, celui-ci vise à porter le taux de la desserte en milieu urbain, qui se trouvait en dessous de 35%, à plus de 60% à l’horizon 2015. L’adduction d’eau potable de Mbankomo est l’un des ouvrages majeurs réalisés par cette entreprise, après l’usine adossée sur le Moungo au lieu dit Yato, destinée au renforcement de l’alimentation en eau de la ville de Douala. L’on pourrait aussi citer dans ce registre, les adductions d’eau potable de Bogo et de Jikejem-Oku, les forages industriels construits à Douala et la réhabilitation des équipements dans plusieurs centres de production.

A ce jour, de multiples chantiers sont en cours d’exécution dans plusieurs localités à travers le territoire national grâce à d’autres projets dont celui des 16 centres financés par la Banque Africaine de Développement (BAD), celui des trois villes soutenu par l’Agence Française de Développement (BFD) et la Banque Européenne d’Investissement (BEI), sans oublier celui de renforcement de l’alimentation en eau de la ville de Douala qui bénéficie des financements de Exim Bank China.

« L’hirondelle qui annonce le printemps »

Parmi ces chantiers, il conviendrait de relever la place primordiale qu’occupe celui de la reconstruction de l’usine adossée sur la Mefou pour améliorer l’offre en eau dans la capitale. Les travaux y relatifs ont démarré au mois d’Août pour une durée de deux ans. Cette infrastructure permettra d’améliorer de 50% la production actuelle à destination de Yaoundé. Celle-ci pourra même doubler bientôt pour atteindre le cap des 200000 m³/jour avec la construction annoncée d’un quatrième décanteur à l’usine sur le fleuve Nyong, au lieu dit Akomnyada et qui est la seule à desservir actuellement la ville de Yaoundé.

L’ensemble de ces mesures vise à donner une réponse appropriée à la forte demande en eau potable enregistrée actuellement à Yaoundé et dans d’autres villes. L’inauguration de l’adduction d’eau potable de Mbankomo est un motif d’espoir que ce pari sera tenu. Et d’où la forte affluence observée à la place de fêtes de la ville de Mbankomo, composée d’une demi douzaine de membres du Gouvernement camerounais conduite par S.E. M. Dr. Basile Atangana Kouna, Ministre de l’Eau et de l’Energie, et Représentant personnel du Premier Ministre, Chef du Gouvernement, des autorités administratives, politiques et religieuses, des partenaires au Développement, des groupes de danse et des populations des villages environnants, tous témoins privilégiés de cette cérémonie riche en sons et couleurs.

Lire le dossier : http://www.afrik.com/eau-en-afrique