Goma, au-dessous du volcan

Le volcan Nyiragongo s’est réveillé jeudi. La ville de Goma, à l’extrême est de la RDC, ainsi que plusieurs villages à la frontière rwandaise, ont été dévastés par trois coulées de lave. Les habitants sont revenus constater les dégâts vendredi mais l’éruption n’est pas totalement terminée.

Il fait encore chaud et l’air est saturé de cendres et d’émanations toxiques. Mais le volcan s’est tu. Goma, capitale de la province du nord-Kivu, à l’extrême-est de la République démocratique du Congo (RDC), a retrouvé vendredi ses habitants. Ces derniers (400 000 personnes) ont fui, dans la journée de jeudi, l’éruption du volcan Nyiragongo et se sont réfugiés pour la plupart dans la localité rwandaise de Gisenye. Ils sont revenus au petit matin, constatant les dégâts dans la stupeur. Quatre quartiers sont en grande partie dévastés.

Seuls quelques murs de la cathédrale, située au centre-ville, sont encore debout. Les habitations ont été brûlées et emportées par la coulée de lave de plusieurs centaines de mètres de large qui a traversé la ville d’est en ouest. Vendredi matin, la coulée formait un mur noirâtre de deux mètres de haut, toujours rougeoyant en son centre. Aucune victime n’est à déplorer pour l’instant mais l’ouest et le sud-ouest de la ville, de l’autre côté de la coulée, sont toujours inaccessibles. Trois rivières de lave ont également détruit quatorze villages près de la frontière rwandaise, forçant des milliers de personnes à fuir leurs maisons.

Volcan meurtrier

Le volcan Nyiragongo, situé à une dizaine de kilomètres au nord de la ville de Goma et qui culmine à 3 470 mètres, est entré en éruption jeudi vers 5 heure, heure locale. C’est l’un des deux volcans encore en activité dans la chaîne des Virunuga et en 1977 il avait fait 2 000 morts en 30 minutes, avec des coulées de lave d’une vitesse allant de 60 à 100 km/heure. Vendredi, l’éruption n’était pas encore totalement terminée. Pour les scientifiques locaux, il reste un danger : la lave se déversant dans les eaux du lac Kivu – qui contient de grandes réserves de gaz méthane – risque de provoquer d’importantes émanations.

Le leader des rebelles du Rassemblement congolais pour la Démocratie (RCD), qui a établit son quartier général à Goma, a demandé une assistance sous forme de tentes, couvertures et nourriture. Une cellule de crise réunie dans la nuit de jeudi à vendredi à Kinshasa a décidé l’envoi, vendredi, de 15 tonnes de matériel de première urgence.