Girafe en liberté virtuelle

Avec la Girafe verte, l’Internet africain n’a plus à rougir. Elle créé des sites sur la littérature en l’Afrique de l’Ouest et sur le Burkina Faso, elle organise des formations… et elle a même signé un mémoire sur le développement du Net au pays des Hommes intègres. Rencontre avec un animal cybernétique et libertaire.

Authentique : la Girafe verte est née en 1997 et s’acharne depuis sa première heure à développer et à référencer tout ce qui touche au Web burkinabé. Ethique : La Girafe croit que le développement des nouvelles technologies peut réellement apporter quelque chose à l’Afrique. Esthétique : la Girafe, c’est une petite bouille complètement craquante, toute verte, avec un bout de langue malicieux qui lui dépasse du sourire.

Avec tout ça, Emmanuel Lacroix – alias la Girafe verte – commence à se faire une renommée solide sur le Web. Evoluant au sein d’un cercle de girafes (rouges, oranges…) avec qui il partage un esprit très libertaire, il axe son action sur la formation en informatique et la création de sites. On lui doit, entre autres, le portail de Bobodioulasso, un site de référence sur le pays des Hommes intègres. Mais il y a aussi Burkinart, un site sur la littérature africaine, le site du Centre Muraz sur la recherche médicale en Afrique et enfin – au-delà des idées toutes faites sur l’inimitié entre Ivoiriens et Burkinabé – un site sur photos de Côte d’Ivoire, glissé dans l’arborescence de Bobodioulasso.

L’esprit girafe

L’  » esprit girafe « , c’est celui du chahut au fond de la classe et de la valeur accordée à ce qui ne s’achète pas. Le parler et les images d’Afrique de l’Ouest, la culture expliquée aux toubabous, le tout présenté sur des sites tout en couleurs, clairs, bien réalisés mais jamais prétentieux. Pourtant la girafe pourrait prendre des airs. Elle est l’auteur d’un très sérieux mémoire sur l’Internet au Burkina, disponible en ligne…Mais ses pages Web donnent plutôt une vision d’ensemble des sujets abordés qu’un cours magistral. Le site sur la littérature africaine, surtout, offre de petites synthèses très agréables sur la littérature contemporaine dans chaque pays d’Afrique de l’Ouest, du Niger au Mali en passant par la Côte d’Ivoire. Dans le site de Bobodioulasso, les photos, nombreuses, présentent le Burkina sous ses meilleurs aspects. Décidément, il faudrait plus de girafes en Afrique.

Voir le site des girafes.