Ghana : les aéroports rouvriront le 1er septembre

Nana Akufo-Addo, Président du Ghana

Le Président du Ghana, Nana Akufo-Addo, a annoncé son intention de rouvrir les frontières aériennes du pays. Dans un discours du gouvernement pour lutter contre la pandémie de Covid-19, M. Akufo-Addo a fixé au 1er septembre la date potentielle de réouverture des aéroports du pays.

Selon le Président, le ministère de l’Aviation, l’Autorité de l’aviation civile du Ghana et la Ghana Airports Co. Ltd., ont travaillé avec le ministère de la Santé et ses agences pour s’assurer que le pays était prêt à rouvrir son aéroport. « Je veux m’assurer que nous sommes en mesure de tester chaque passager qui arrive dans le pays pour éviter la propagation du virus. Le résultat de cet exercice nous montrera la voie et déterminera quand nous pourrons rouvrir notre frontière par voie aérienne », a-t-il déclaré.

« J’espère que par la grâce de Dieu, nous serons prêts à le faire d’ici le 1er septembre », a ajouté le Président. Les frontières internationales du Ghana ont été fermées au trafic humain, le 22 mars dernier, dans le but d’endiguer la propagation de cette pandémie de Covid-19, qui a fait de nombreuses victimes dans le monde. Pendant ce temps, les établissements d’enseignement supérieur du pays rouvriront le 24 août.

« Grâce à des portails d’apprentissage en ligne, presque tous les étudiants de nos universités ont terminé leurs études pour l’année universitaire, à l’exception de l’Université de Cape Coast, de l’Université de la santé et des sciences connexes, des universités techniques et de certains autres collèges. Après de longues consultations avec les parties prenantes, la décision a été prise pour que les étudiants de ces établissements d’enseignement supérieur retournent à l’école le 24 août pour terminer leur année universitaire », a-t-il déclaré.

Par ailleurs, le Président Nana Akufo-Addo, a également annoncé la levée des restrictions imposées aux personnes autorisées à assister aux conférences, sous réserve du maintien de la distanciation sociale, d’une ventilation adéquate et d’une limite de deux heures pour chaque session.