Ghana : l’indépendance du Kosovo remise en cause

Une annonce pour le moins surprenante est venue d’Accra. Le Ghana, à travers la voix du deuxième responsable du ministère des Affaires étrangères, ne reconnait plus le Kosovo.

Le Kosovo a acquis son indépendance en 2008, ce qui lui a valu la reconnaissance de nombreux pays comme les Etats-Unis et plusieurs autres de l’Union Européenne. Ce n’est pourtant pas le cas de Belgrade, de la Russie ou encore de la Chine qui ne lui reconnaissent aucune légitimité. Ce défaut de reconnaissance lui a d’ailleurs fermé les portes de l’ONU.

Le Ghana se prononce

« Le gouvernement du Ghana a décidé de ne plus reconnaitre le Kosovo comme un Etat indépendant », a déclaré à l’AFP Charles Owiredu, vice-ministre ghanéen des Affaires étrangères. Il n’a pas manqué de souligner qu’un courrier officiel avait été transmis à la Serbie pour appuyer la décision de l’Etat ghanéen. Le moins qu’on puisse dire, c’est que l’actuel positionnement du Ghana risque fortement de corser la relance des discussions relatives à la normalisation des relations entre Belgrade et son ancienne province.

Un rétropédalage apprécié en Serbie

Rappelons qu’en 2012, le Ghana avait pourtant reconnu le Kosovo. Pour expliquer son actuelle décision, Accra affirme que celle prise en 2012 avait un caractère prématuré. Si au Kosovo, cette nouvelle n’a bien évidemment pas été accueillie avec joie, c’est tout à fait le contraire en Serbie. Le ministère serbe en charge des Affaires étrangères a, à travers un communiqué, applaudi cette prise de position marquante du Ghana. Ce dernier devient alors comme il le dit « le seizième Etat (…) membre des Nations Unies à avoir retiré sa reconnaissance du Kosovo ». « Nous nous attendons à ce que cette décision encourage d’autres pays membres de l’ONU à reconsidérer leur décision et à retirer la reconnaissance du Kossovo », a-t-il ajouté.

C’est donc une vraie guerre diplomatique que mène la Serbie pour que le Kosovo ne soit pas admis dans le cercle des institutions internationales.