Ghana : COCOBOD se mobilise pour améliorer la production de cacao

Le Ghana Cocoa Board (COCOBOD) a mis en œuvre des programmes d’amélioration de la productivité pour booster la production de cacao. Le programme, qui est soutenu par le gouvernement, comprend la pulvérisation massive contre les maladies et les ravageurs, la pollinisation manuelle, la taille de masse, l’application d’engrais, entre autres.

S’exprimant lors d’une cérémonie de remise de prix organisée par Federated Commodities (Fedco) et Beyond Beans Sustainability Project, le directeur par intérim de la recherche, du suivi et de l’évaluation de COCOBOD, Emmanuel Twumasi, a indiqué que sa tenue était guidée par la prise de conscience, pour la réduction de la pauvreté, mais aussi à la production nationale de cacao, aux revenus, aux recettes en devises et à l’économie cacaoyère mondiale en général. Il a ajouté que la stratégie de COCOBOD était d’améliorer le rendement de ses cacaoculteurs, qui n’avaient pas nécessairement à augmenter la taille de leurs exploitations pour accroître leurs revenus.

En tant que parties prenantes de l’industrie, a-t-il noté, « nous avons le devoir de veiller à ce que l’industrie du cacao du Ghana devienne stable. Il est important de noter que le bien-être des ménages pauvres peut être atteint grâce à la transformation de l’agriculture, qui peut aider les pauvres à surmonter certaines contraintes critiques, auxquelles ils sont confrontés dans leurs besoins de base ».

Twumasi a poursuivi en déclarant qu’en rendant la production de cacao plus rentable, grâce à l’utilisation de technologies améliorées et de plants à haut rendement, le Ghana pourrait contribuer à la réalisation des objectifs de développement durable (ODD). La culture du cacao, a-t-il souligné, offrait un cas classique de durabilité environnementale, puisqu’elle avait un couvert végétal et contribuait donc à la conservation de la biodiversité. Il a mentionné que la réduction de la productivité, a incité les agriculteurs à abandonner leurs fermes et à défricher des terres forestières supplémentaires là où le sol était plus élevé.

Maria Adamu-Zibo, la directrice générale (MD) de Fedco, a également déclaré que son entreprise s’était lancée dans un exercice d’enregistrement massif des producteurs de cacao, dans le but d’organiser 50 000 agriculteurs en groupes importants, afin de leur fournir une formation renforcée sur les bonnes pratiques agricoles. Leur offrir des services de conseil financier, notamment en participant à un programme d’épargne et de crédit villageois. Elle a ajouté : « nous avons, à ce jour, enregistré environ 15 000 agriculteurs et formé environ 2 000 d’entre eux. Cette année encore, nous avons obtenu avec succès des prêts en espèces et des crédits d’intrants de plus de 2,6 millions de Ghs pour des agriculteurs qualifiés auprès de deux institutions financières et de certains fournisseurs d’intrants ».

Par ailleurs, Fedco MD a annoncé que son client, Ferrero s’était engagé à payer une prime en espèces à ses agriculteurs Suhum / Anyinam et Tafo sur 2000 tonnes métriques (MT) de cacao fournies au cours de la principale culture commerciale 2019-2020.