Ghana : Akufo-Addo riposte à la pétition de Mahama

Nana Akufo-Addo et John Mahama

Le Président du Ghana et la Commission électorale (CE) ont donné leurs réponses à une pétition électorale déposée par le candidat du Congrès national démocratique (NDC), l’ancien Président John Dramani Mahama, contestant la victoire accordée à Nana Akufo-Addo à l’issue de l’élection présidentielle du 7 décembre 2020.

Élu pour un deuxième mandat à la tête du Ghana, le nouveau Président, Nana Addo Akufo-Addo, et la Commission électorale (CE) ont donné leurs réponses à la pétition électorale déposée par le candidat malheureux à la Présidence, le chef du parti du Congrès national démocratique (NDC), John Dramani Mahama, contestant les résultats de l’élection présidentielle de 2020.

Pour le Président Nana Akufo-Addo, la pétition manque de substance. C’est plutôt une tentative de « sauver la face » de l’ancien Président Mahama. « L’action immédiate est une ruse et une astuce pour sauver la face du pétitionnaire, après que lui et de nombreux hauts responsables du parti NDC ont prématurément revendiqué la victoire pure et simple aux élections. Ils ont été vilipendés par les résultats du premier répondant (CE), corroboré par toutes les maisons de presse du pays ainsi que par de nombreux observateurs indépendants locaux et internationaux », a déclaré le Président Akufo-Addo.

Dans des réponses distinctes à la pétition déposée au greffe de la Cour suprême, samedi, les deux entités incriminées ont décrit la pétition comme dépourvue de fondement, maladroite et ne soulevant aucune cause d’action raisonnable. Les deux, en plus d’attaquer le fond de la pétition, ont également soulevé une objection juridique préliminaire, faisant valoir que la pétition ne répond même pas à l’exigence de l’article 64 de la Constitution de 1992.

Pour les deux, la pétition n’allègue aucune infraction dans les 38 622 bureaux de vote et 311 centres de vote spéciaux. Sur la base d’objections juridiques préliminaires, le Président Akufo-Addo et la CE demandent à la Cour suprême de rejeter la pétition sans même entrer dans son bien-fondé.

Pour la Commission électorale, il était « maladroit et injustifiable » pour l’ancien Président John Dramani Mahama, dans la pétition, de se fonder sur l’erreur commise par la présidente de la CE, le 9 décembre 2020, lorsqu’elle a mentionné par inadvertance le nombre total de votes exprimés comme le total votes valides. « Les résultats complets de l’élection présidentielle du 7 décembre étaient connus du pétitionnaire et que les allégations de la pétition sont artificielles, n’ont aucun fondement juridique et devraient être rejetées », a fait valoir la CE.

À rappeler que lors de l’élection présidentielle du 7 décembre 2020, le Président sortant, Nana Akufo-Addo, a été réélu dès le premier tour avec 51% des voix face notamment à l’ancien Président John Dramani Mahama, qui avait réuni 47% des suffrages.