Ghana : Akufo-Addo fait face à un test économique strict

Nana Akufo-Addo, Président du Ghana

Le Président du Ghana, Nana Addo Dankwa Akufo-Addo, entamera son dernier mandat de 4 ans, avec un objectif de bien redynamiser l’économie du pays, qui a été un peu secoué, ces derniers temps, par le Covid-19.

Après un premier mandant à la tête du Ghana, le Président Nana Addo Akufo-Addo a déjà une idée claire sur les priorités de son pays. Il devrait diriger la relance d’une économie qui a été poussée dans sa première récession de près de 40 ans, réduire les dépenses publiques pour contenir un important déficit budgétaire et freiner les emprunts pour faire face à un surendettement qui a dépassé divers seuils de viabilité.

Une course difficile pour un Président dont la légitimité est remise en question à la Cour suprême et confronté à un parlement suspendu, la situation économique actuelle est le résultat d’une combinaison de facteurs, y compris une position budgétaire laxiste apparue vers 2019, l’impact du Covid-19 sur les finances publiques et les pressions budgétaires des élections générales de décembre 2020.

Déjà, les défis ont affaibli les perspectives de croissance (le taux de croissance du produit intérieur brut (PIB) en 2020 a été ramené de 6,3% à 0,9% et l’économie s’est contractée pendant deux trimestres consécutifs), a repoussé le déficit budgétaire d’une estimation antérieure de 4,7% du PIB à 11,4% du PIB et un endettement élevé à 273,8 milliards GHC (24 888 milliards FCFA) en septembre de l’année dernière, soit 71% du PIB.

Des experts ont déclaré au Graphic Business dans des entretiens séparés que le budget 2021, qui serait le premier du président Akufo-Addo au cours de ce dernier mandat, doit passer le test difficile de la croissance économique et de la consolidation de la position budgétaire. Tout en laissant entendre que le déficit franchirait l’objectif de 11,4% du PIB, un chercheur du groupe de réflexion sur la politique budgétaire, l’Institut d’études fiscales (IFS), le Dr Saïd Boakye, a déclaré que « la chose évidente à faire est de consolider ».

« Si vous faites une telle chose; si vous affichez un déficit aussi élevé, vous devez consolider à l’avenir; sinon, l’économie s’effondrera et c’est ce que j’attends du budget 2021 », a-t-il déclaré. Un budget relais qui expirera en mars de cette année dépendait à environ 80% des emprunts et le Dr Boakye, qui est chef de la recherche à l’institut, a déclaré qu’une telle tendance ne devait pas se poursuivre dans le budget de cette année. Il a déclaré que le budget doit être conçu de manière créative pour dépendre de plus de revenus et moins d’emprunts pour aider à réduire l’impact des dettes sur le déficit, le refinancement et d’autres seuils déjà dépassés.