Ghana : 112,7 milliards FCFA d’économie dans un accord d’achat d’électricité modifié

Le Président du Ghana, Nana Akufo-Addo

Le gouvernement et la CENIT ont convenu d’un accord d’achat d’électricité modifié en vertu duquel la société aurait décidé de passer à une structure de péage et de transférer toutes les économies de coûts qui en résultent à la Société d’électricité du Ghana (ECG). CENIT, un producteur indépendant d’électricité (IPP) ghanéen, qui a commencé ses activités commerciales en 2012, a également accepté de réduire son tarif de recouvrement du capital de 38,9%. L’accord devrait permettre au pays d’économiser plus de 200 millions de dollars (112,7 milliards FCFA).

Un communiqué publié par l’Unité des relations publiques du ministère ghanéen des Finances, indique que l’engagement pris par la CEL (CENIT Energy Limited) était crucial pour renforcer les efforts du gouvernement, visant à construire un secteur énergétique équilibré et durable. « Les conditions convenues entre le gouvernement et la CEL créeront une situation plus favorable pour les deux parties et réduiront finalement le coût de l’électricité pour la population du Ghana », indique le communiqué.

Actuellement, le Ghana paie plus de 500 millions de dollars (281,9 milliards FCFA) par an pour l’électricité non utilisée, en raison d’accords d’achat d’électricité conclus sous l’administration précédente pour tenter de mettre fin aux pannes d’électricité. Les tarifs convenus n’étaient pas compétitifs et ont contribué, de manière significative, à l’accumulation de la dette dans le secteur et à l’offre excédentaire d’énergie.

Le communiqué indique que le gouvernement, en collaboration avec la Banque mondiale, a créé le Programme de relance du secteur de l’énergie (ESRP), identifiant les politiques et les actions nécessaires à la reprise financière dans le secteur de l’énergie, sur un horizon de 5 ans, c’est-à-dire de 2019 à 2023.

Dans le cadre des réformes, le gouvernement prend des mesures pour mettre en place un appel d’offres pour la capacité supplémentaire future, afin de garantir que les futurs tarifs soient équitables et conformes aux prix de référence attendus.

Le communiqué indique également que le gouvernement ghanéen, a démontré son engagement envers le le Programme de relance du secteur de l’énergie en développant activement des initiatives et des réformes sectorielles. La mise en œuvre de mécanismes permettant aux revenus de la compagnie d’électricité du pays d’être distribués, de manière plus transparente.

Il a en outre été décidé de veiller à la gestion des paiements des arriérés, malgré la situation budgétaire difficile, qui a été exacerbée par la pandémie Covid-19.