Gambie : 50 ans d’indépendance, inquiétude des défenseurs des droits de l’Homme


Lecture 2 min.
arton46118

La Gambie fête le 50ème anniversaire de son indépendance en grande pompe. A cette occasion, le Président Yayha Jammeh a organisé une grande parade dans la capitale. Ses festivités sont l’occasion pour les ONG de défense des droits de l’Homme d’évoquer les nombreuses violations des droits de l’Homme commises en Gambie.

Deux mois après le coup d’Etat manqué à l’encontre de Yayha Jammeh, le pays fête son 50ème anniversaire d’indépendance. Plusieurs festivités sont prévues à cet effet ainsi qu’une parade du Président gambien. Ces festivités risquent d’être entachées par les ONG qui souhaitent mettre en lumière, à cette occasion, les violations des droits de l’Homme en Gambie.

Non respect des droits de l’Homme

A l’occasion du 50ème anniversaire de l’indépendance en Gambie, les organismes de défense des droits de l’Homme montent au créneau afin de dénoncer les violations commises à l’encontre des individus. Ainsi pour le responsable du programme « Protégeons les personnes » à Amnesty International, la situation dans ce pays est alarmante, « la peur est omniprésente en Gambie depuis vingt ans ».

Il va encore plus loin indiquant que « la société civile, les journalistes et opposants politiques subissent, en toute impunité, intimidations, menaces de mort, arrestations et incarcérations arbitraires, tortures et disparitions forcées ». La police pratique fréquemment la torture et les mauvais traitements en Gambie. Par ailleurs, depuis deux ans, il est interdit de critiquer le gouvernement sur Internet sous peine de quinze ans d’emprisonnement, selon le Monde. « Un règne de terreurs s’est installé dans le pays », indiquent les défenseurs des droits de l’Homme.

Loin de toutes ses préoccupations, Yayha Jammeh s’apprête à faire la fête avec ses homologues africains, en réaffirmant aux yeux du monde sa souveraineté.

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter