Gabon : vers un probable report des législatives

La société civile et les partis politiques réunis lundi autour du chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba, au palais de la présidence de la république, à Libreville ont décidé du report des législatives de 2011, afin de permettre l’introduction de la biométrie dans le processus électoral. Il reste toutefois que la cour Constitutionnelle approuve cette volonté des leaders politiques.

De notre correspondant

Les forces vives de la nation, réunies lundi au Palais présidentiel à Libreville autour du président de la république ont décidé de reporter les élections législatives prévues constitutionnellement cette année.

Mais ce report proposé par les leaders politiques, selon des sources officielles n’est pas conforme à la légalité constitutionnelle. Tous les regards restent donc tournés maintenant vers la cour constitutionnelle qui devrait statuer sur la question du report de cette consultation électorale dans les prochains jours.

Rappelons que les acteurs politiques ont opté pour le report de cette élection, en vue de donner le temps à l’Etat d’introduire les données biométriques dans le processus électoral en perspective des prochaines législatives.

L’organisation de ces élections avec les données biométriques avant la fin de cette année coûteraient plus de 54 milliards de francs CFA à l’Etat, alors que la tenue des mêmes élections en 2012 ou en 2013 dans les mêmes conditions coûterait seulement 20 milliards au gouvernement.

 » J’ai écouté les différentes déclarations des représentants des partis ; je vais saisir la cour constitutionnelle dans les meilleurs délais afin qu’elle puisse statuer sur la position consensuelle qui plaide en faveur du report des élections législatives’’ a souligné le président de la république, Ali Bongo Ondimba, à l’issue de la concertation avec les leaders des partis politiques.

 » On retient de cette concertation politique qu’on s’achemine vers le report des élections législatives prévues pour cette année, si la cour constitutionnelle est saisie et constate le cas de force majeure. On espère que ce report permettra l’introduction des données biométriques dans le processus électoral, afin que les élections se tiennent dans de bonnes conditions’’ a laissé entendre pour sa part Pierre Mamboundou, le président de l’union du peuple gabonais (UPG, opposition).