Gabon : un militaire français meurt par noyade

Un militaire de l’armée française, affecté au 6e bataillon d’infanterie de marine (BIMA) à Libreville, est porté disparu ce vendredi, à la suite d’un noyade au cours d’une partie de pêche au large des côtes du Cap Estérias, a constaté sur place le correspondant local de l’AGP.

Triste vendredi pour l’armée française à Libreville. L’un des ses vaillants soldats dont le nom n’a pas été communiqué à la presse est porté disparu ce 1er novembre 2013, peu avant 10 heures, au large les côtes du Cap Estérias. « L’incident est arrivé suite à une glissade sur un rocher. Il (le militaire français) est tombé dans la mer et les vagues l’ont emporté. Le courant d’eau était très violent », a raconté un témoin.

Le disparu s’est rendu au Cap Estérias, à une trentaine de kilomètres de Libreville ce vendredi matin, accompagné de quelques uns de ses collègues, pour des activités de loisirs, notamment la pêche. Malheureusement, l’excursion lui a été fatale. Deux hélicoptères de l’armée de l’air et deux pirogues à moteurs ont été rapidement déployés sur place pour la recherche du corps de la victime. A Libreville, au Camp de Gaulle, une cellule de crise a été mise en place pour gérer le triste événement.

Les forces françaises au Gabon constituent la plus ancienne base permanente de la France en Afrique. Elles sont composées de près 1000 hommes. L’une de leurs premières missions est d’assurer la sécurité des 12 000 ressortissants Français du Gabon.