Gabon : retour de Jean Eyeghé Ndong dans l’arène politique

L’ancien Premier ministre du temps d’Omar Bongo Ondimba, candidat à la dernière Présidentielle, jean Eyeghé Ndong, opposant, a clairement déclaré vendredi à Libreville, devant une cinquantaine de journalistes et des centaines de partisans, son retour dans l’arène politique, après une pause de près de deux ans. Il est revenu avec des intentions claires. « Je serai candidat au poste de maire de Libreville », a-t-il annoncé, faisant allusion aux élections locales de novembre 2013.

Jean Eyeghé Ndong fait partie des cadres politiques de l’opposition, qui ont appelé les populations au boycott des urnes aux législatives de 2011. Cet appel permis au parti au pouvoir de rafler presque la totalité des sièges à l’assemblée nationale. La leçon a été comprise. Aux prochaines locales qui se tiendront avant la fin de l’année en cours, les leaders de l’opposition seront dans la course. L’ancien premier ministre de l’ère d’Omar Bongo Ondimba a pris position vendredi, devant la presse nationale et internationale, notamment pour ce qui est de sa participation à la prochaine consultation électorale. « Il ne sera plus question de rester à la maison et attendre que Dieu descende pour nous apporter des solutions »’, a souligné Jean Eyeghé Ndong, avant d’ajouter « je serai candidat au poste de maire de Libreville ». Il compte conduire précisément une liste au niveau du 2e arrondissement de Libreville, en vue de prendre la direction de la mairie centrale.

La nouvelle posture de Jean Eyeghé Ndong est « le fruit d’une réflexion longuement menée avec beaucoup d’autres compatriotes de tous bords. Elle est la somme d’écoutes attentives de diverses opinions qui se sont s’exprimées relativement », aux futures élections. Il ne se positionne pas en franc-tireur et ne compte pas évoluer seul. Il a invité les Gabonais de diverses couches sociales et sensibilités politiques à se joindre à lui, pour conquérir l’ensemble des maries de Libreville. Mais l’homme politique sait que la bataille ne sera pas facile. « Il y a beaucoup de pesanteurs », a-t-il reconnu. Mais le jeu politique commande selon lui de rester sur le champ politique réel et de participer à toutes les batailles, avec foi.

Jean Eyeghé a invité le peuple à la mobilisation pour participer massivement aux opérations d’enrôlement des citoyens, en vue d’établissement d’une liste électorale biométrique. Il espère que la prochainement consultation électorale se tiendra dans la transparence, avec notamment l’introduction en cours de la technique biométrique dans le processus électoral. Le gouvernement sera responsable des troubles post-électoraux, a-t-il affirmé, si toutes les conditions
pouvant concourir à l’organisation d’un scrutin transparent et équitable ne sont pas réunies.

L’homme politique a regretté que l’actuelle équipe municipale de l’hôtel de ville de Libreville ait échoué complètement dans sa politique de gestion des ordures ménagères. « Quand on entre dans les quartiers de Libreville, on rencontre des tas d’immondices partout », a dénoncé l’ex-Premier ministre, promettant qu’il mettra en place un plan d’actions urgentes pour rendre la ville de Libreville plus propre et agréable, s’il est élu à la mairie centrale. De même, il a suggéré d’autres actions, pour révolutionner la vie des Librevillois, s’il a la faveur des urnes aux prochaines élections locales. Il a promis de mettre en place une politique urbaine ambitieuse et réaliste, axée sur la réalisation des projets concernant les domaines tels que l’hygiène publique, la santé, le logement, l’environnement, le développement local, la sécurité et le tourisme. Le point de presse de Jean Eyeghé Ndong a pris à la fin les allures d’une véritable campagne électorale. Promesses et critiques ont ponctuées le discours de celui qu’on peut appeler actuellement le premier candidat annoncé des prochaines locales.