Gabon : le taux d’allocation familiale relevé de 150%

Une mesure sociale remarquée et saluée par de nombreux Gabonais. Le gouvernement a annoncé cette semaine le relèvement du taux d’allocation familiale, destiné à aider les personnes économiquement faibles de 150%.

De notre correspondant

Le gouvernement réuni jeudi dernier en conseil des ministres a décidé de relever le taux d’allocation familiale, destiné à aider les personnes économiquement faibles de 150%. Ainsi, cette subvention de l’Etat passe de 1000 francs cfa à 2500 francs cfa, rapporte un communiqué du gouvernement. Les populations saluent une mesure visant une meilleure distribution des richesses du pays

Le président de la république, Ali Bongo Ondimba a engagé par ailleurs le gouvernement à revoir ce taux à la hausse dès les prochaines échéances, afin de renforcer la solidarité et l’aide envers les plus pauvres. En même temps, le chef de l’Etat a donné des instructions fermes au gouvernement pour que débute, à compter du 22 mars prochain, sur toute l’étendue du territoire national, la campagne de paiement des prestations familiales, pour l’année 2010.

De nombreux Gabonais rencontrés à Libreville vendredi ont salué cette mesure du gouvernement, en attendant la date du 22 mars 2011 pour entrer en possession de leurs pensions. « Nous remercions le chef de l’Etat pour l’augmentation des allocations familiales. C’est une excellente chose pour les familles pauvres, qui sont les plus nombreuses au Gabon’’, a souligné Yvette Mombo, mère de trois enfants. Pour cette femme, les richesses du pays sont restées depuis l’indépendance aux mains d’une oligarchie qui s’engraissait au détriment de la majorité du peuple. « Ce n’est que justice si aujourd’hui la nouvelle classe dirigeante du pays pense à résoudre le problème de la distribution équitable de nos richesses’’, a-t-elle conclu.

Pour M. Mouketou, enseignant, « la mesure est bonne’’, mais « il faut penser à long terme à mettre en place une véritable politique sociale devant permettre aux couches sociales économiquement faibles à se prendre en charge elles-mêmes. « La politique de distribution gratuite des billets de banque ne permettra jamais aux Gabonais de prendre en mains leurs destinées individuelles et collectives’’, a fait remarquer l’enseignant.