Gabon : le parti au pouvoir accusé de vouloir tripatouiller la Constitution

Le leader de l’union gabonaise pour le développement et la démocratie (UGDD), Zacharie Myboto, a déclaré samedi que son parti politique n’acceptera pas un nouveau tripatouillage de la Constitution gabonaise, au cours des manifestations marquant la célébration du 4e anniversaire de ce parti politique de l’opposition. Il a appellé l’opposition à faire bloc pour échouer les manoeuvres du parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir).

Notre correspondant au Gabon

« Battons-nous sans faillir pour l’alternance véritablement démocratique dans notre pays. A ce sujet, vous comme moi lisons dans la presse et entendons parler depuis quelque temps de la révision de la Constitution et nous ne savons dans quel but », a déclaré le leader l’UGDD.

« En tout état de cause, nous n’en voyons aucune justification. La Constitution de la République a déjà été triturée en 2003 ; elle ne saurait l’être encore en 2009, toujours pour des calculs et arrangements politiciens » a-t-il poursuivi, martelant que l’UGDD s’y opposera avec la dernière énergie et se battra jusqu’au bout pour l’avènement d’une véritable alternance démocratique au Gabon.

Zacharie Myboto a par ailleurs plaidé pour l’instauration de la biométrie dans le processus électoral du pays. Selon lui, l’utilisation des données biométrique est la seule condition pouvant garantir la tenue des élections libres, crédibles et transparentes au Gabon.

Il a évoqué également les mouvements sociaux dans divers secteurs de l’activité nationale, conséquence selon lui de la mauvaise gouvernance et d’une politique sans lisibilité menée par le parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir).  » La quête et la soif du bien-être au niveau de la population sont permanentes mais vaines, tant la pauvreté, la précarité, et la misère s’accentuent de manière vertigineuse, avec les effets conjugués de la crise financière et économique internationale. Le désespoir gagne de plus en plus le pays », a-t-il souligné.

Face à cette situation, M. Myboto a préconisé une politique réaliste, méthodique, axée sur une planification objective, tenant compte de l’ensemble du territoire nationale et des ressources financières réelles. Dans cet esprit, il a proposé un programme de société axé sur des chantiers prioritaires, notamment le développement des infrastructures de base, l’éducation, la santé la lutte contre le chômage, la sécurité, l’habitat, l’agriculture, l’élevage et la pêche.

L’UGDD créée le 30 avril 2005, se positionne comme la 2e force politique du pays, selon les résultats des élections locales d’avril 2008 , devant l’union du peuple gabonais (UPG) et derrière le parti démocratique gabonais au pouvoir.