Gabon : la société civile appelle à l’organisation d’élections transparentes et crédibles

Les membres du réseau de défense des droits humains au Gabon (REDDHGA) ont plaidé samedi à Libreville pour l’organisation d’une élection transparente et crédible, dans la perspective des législatives et des sénatoriales partielles du 6 juin prochain. C’était au cours d’un séminaire de formation sur l’observation des élections, organisé par ce réseau, en partenariat avec l’ambassade des Etats-Unis au Gabon.

Notre correspondant au Gabon

Cent observateurs électoraux ont été formés au cours de ces assises et seront déployés dans les bureaux de vote, notamment à Libreville et à Ntoum le 6 juin prochain, afin de superviser le déroulement de ce scrutin. Il a appelé ces derniers à faire leur travail avec objectivité.

‘’ Nous avons tenu à former des observateurs neutres, indépendants, arbitres du jeu politique et défenseurs des valeurs, des principes et des libertés démocratiques’’, a déclaré Elvis Ebang Ondo, coordonnateur du REDDHGA.

‘’Ne cédez ni aux pressions ni aux intimidations, encore moins à la corruption. (…) Rien ne vous arrivera. Vous n’aurez ni dette morale ni remords. (…). Vous êtes les arbitres de ce match, sachez rester humbles. Par votre courage, dites la vérité, rien que la vérité et toute la vérité sur ce que vous aurez à voir sur le terrain’’, a-t-il poursuivi.

Le coordonnateur du REDDHGA a regretté par ailleurs qu’à chaque consultation électorale au Gabon, des expressions telles que ‘’coup d’Etat électoral’’, ‘’mascarade électorale’’ ou ‘’manipulation des urnes’’ reviennent toujours sur la bouchent des observateurs et des leaders politiques.

‘’Nous déplorons toujours des pertes matérielles et des vies humaines, avec d’autres incidents graves qui s’en suivent, lesquels déstabilisent l’ordre public, fragilisant notre jeune démocratie’’,a-t-il fait remarquer.

M. Ebang Ondo a dit être assoiffé de justice et a enjoint les organisateurs de cette consultation électorale de laisser le peuple s’exprimer librement et de livrer les résultats tels qu’ils sortiront des urnes.

‘’Le moment est venu pour faire du Gabon un pays de droit, de sortir notre jeune nation du sable mouvant de l’injustice, de l’impunité, de la géopolitique au rabais et des divisions pour le hisser sur le roc solide de l’amour universel. Le moment est venu pour mettre fin à l’esprit de haine, de vengeance, de règlement de compte, d’horreur et de brutalité. Sachez que nous devons construire notre pays et l’extérieur nous juge’’, a conclu le leader la société civile.