Gabon : fellations et attouchements sexuels sur mineure conduisent un maire en prison

Le maire adjoint de Ngouoni, Alphonse Amassiama, 53 ans, dans le
Haut-Ogooué (sud-est), vient d’être placé sous mandat de dépôt à la
maison d’arrêt de Franceville, pour attentat à la pudeur et
attouchements sexuels sur une mineure de 14 ans.

(De notre correspondant à Libreville)

Les temps commencent à changer et la justice à faire son travail sans
entrave. A Franceville, Alphonse Amassiama, maire adjoint de Ngouoni a
été emprisonné jeudi, pour attentat à la pudeur et attouchements
sexuels sur mineure de 14 ans. L’histoire a été révélée ce lundi par
le quotidien du gouvernement, Gabon Matin.

Alphonse Amassiama, 53 ans, gestionnaire à l’école de santé de
Franceville est tombé amoureux de la petite X.T. « Pour l’apâter, il a sollicité les services de son petit fils de 25 ans, le nommé Prince Franck Bangangoye, transporteur suburbain. Seulement, le maire adjoint ne s’était jamais aperçu que son petit fils convoitait la même gamine ». L’affaire éclatera quand Prince Franck Bangangoye tentera de prendre par la force la gamine, après l’avoir contrainte d’aller dans sa chambre.

Le jeune de 25 ans à tenté nuitamment de violer la fillette, mais
celle-ci a pu s’échapper avec l’aide des voisins. Les parents de la
jeune fille ont porté plainte contre le transporteur et c’est au cours de
l’audition au parquet que la gamine va lâcher le morceau, en révélant
aux juges que même le grand-père de son soupirant et accusé Prince Franck Bangangoye, Alphonse Amassiama, a déjà tenté plusieurs fois d’abuser d’elle sexuellement.

«La première fois, ça s’est passé dans sa voiture. Il a emprunté une voie
détournée, dans un bas quartier de la ville et m’a palpé le corps,
avant de me faire plusieurs câlins sur la poitrine. Il m’a ensuite
exigé une fellation. Il m’a donné 10 000 FCFA pour toute
consolation. La deuxième fois, les choses se sont passées dans son
bureau, à l’école de santé de Franceville. Il m’a encore exigé une
fellation avant de me câliner la partie supérieure du corps. Il a
commencé à se monter violent quand j’ai refusé de passer à l’acte
sexuel. Pour me soudoyer, il m’a encore donné 10 000 FCFA », a
témoigné la gamine de 14 ans, contre le maire adjoint de Ngouoni, qui
a été incarcéré aussitôt.

Depuis juillet 2013, Franceville connait plusieurs cas de viols et
d’attentats à la pudeur sur mineure, tous orchestrés par des personnes d’un certains âge. La croissance rapide que connait depuis quelques années les filles qui voient leurs caractères sexuels secondaires se développer de façon prématurées, l’habillement provocateur des femmes de tous les âges, les pratiques fétichistes pour une ascension sociale et la coutume d’Obali, très en vogue dans le Haut-Ogooué, pourraient être à l’origine de ces comportements déviants.