Gabon, Crise politico-judiciaire : l’implication de la France sollicitée

Au Gabon, les familles des leaders syndicaux interpelés le 9 juillet dernier à Libreville, à l’occasion du dépôt du dossier de candidature à la présidentielle d’Ali Bongo Ondimba, ont sollicité l’implication de la France en vue de la libération sans condition de leurs « frères et fils incarcérés ».

A Libreville,

Les familles des leaders syndicaux, notamment Jean Rémy Yama, Roger
Ondo Abessolo et Cyrlin Koumba Mba interpelés le 9 juillet dernier à
Libreville, lors de la cérémonie organisée par le parti au pouvoir (PDG) à l’occasion du dépôt du dossier de candidature à la Présidentielle d’Ali Bongo Ondimba, ont sollicité ce 19 juillet 2016, dans la capitale gabonaise, au cours d’une déclaration lue devant la presse, l’implication de la France en vue de la libération sans condition de leurs « frères et
fils incarcérés. »

« C’est l’occasion pour nous de saisir la France, ancienne puissance
coloniale, premier partenaire du Gabon et chantre de la démocratie et
des droits de l’Homme, pour lui dire qu’elle ne va pas continuer à
traiter ses amis de la sorte. Oui, la France aurait tort de continuer
à croiser les bras pendant que la maison de son partenaire privilégié
brûle… La France ne peut véritablement protéger ses intérêts qu’en
prenant position par rapport aux valeurs universelles qu’elle a
toujours défendues dans le monde. C’est pourquoi, la France se doit
d’intervenir au Gabon avant qu’il ne soit trop tard, afin d’éviter
toute effusion de sang », a déclaré Alain Lipobo, s’exprimant au nom
des familles des leaders syndicaux incarcérés.

M. Lipobo a appelé les autorités françaises à peser de tout leur poids
« pour faire libérer les compatriotes injustement appréhendés et ainsi
libérer le Gabon qui vit dans la dictature la plus féroce depuis 7
ans ». Il a par ailleurs invité le peuple à ne pas accepter la
candidature d’Ali Bongo Ondimba à la Présidentielle du mois d’août
2016 « pour défaut de consanguinité directe avec un Gabonais ».

Alain Lipobo est un membre actif du parti ARENA, qui soutient Jean
Ping, rappelle-t-on.