François Mensah : quand le Bénin pleure son meilleur journaliste

Le 1er octobre 2014, aux environs de 11h, une terrible nouvelle ébranlait l’univers de la presse béninoise, et par ricochet un pays tout entier. François Mensah, journaliste à Canal3 Bénin, disparaissait des suites d’une courte maladie. Depuis, c’est un véritable hommage national qui lui est rendu…

Tout téléspectateur amoureux de l’émission « Actu Matin » de Canal 3 Bénin connait François Mensah. Véritable figure de proue de l’émission, il savait mieux que quiconque, manier la langue de Molière. Chaque intervention de sa part constituait un véritable délice auditif pour qui l’écoutait. Pour les téléspectateurs assidus de la chaîne ayant pour devise « La passion de l’image », l’histoire d’amour avec François a commencé il y a environ 8 ans, alors qu’il animait avec brio l’émission « Canal Sport ».

Son allure juvénile et sa manière agréable de s’exprimer rendaient l’émission très attractive pour les jeunes et autres amoureux de sport. Mais François était bien plus qu’un simple journaliste sportif, car quand par la suite, il a rejoint le panel de discussion de l’émission « Actu Matin », il a continué d’exceller dans ce qu’il maitrisait le mieux : l’art oratoire.

En outre, sa culture générale impressionnait car il savait s’exprimer aussi bien sur les thématiques sportives que celles politiques, sociales, voire même culturelles.

En somme, François Mensah était un phénomène de talent et de précocité, sans conteste le journaliste le plus agréable à entendre au Bénin. Bon nombre de ses confrères s’accordent aujourd’hui à dire qu’il était tout simplement « le meilleur » de tous. Hélas, son destin était comparable à celui d’une étoile filante, car il nous fut arraché, emporté par le trou noir de la maladie alors qu’il n’était âgé que de 32 ans.

Tout le monde en est affecté, de la plus haute autorité du pays, au « citoyen lambda » comme aimait dire François. Voilà qui atteste du fait que son incommensurable talent faisait bien l’unanimité. L’étoile qu’il était, brille à présent plus que jamais à présent qu’il a rejoint le ciel. Dors en paix François, nous ne t’oublierons jamais.

Francis Ahlé