François Hollande impopulaire : les Français auraient-ils la mémoire courte ?

Après la réception par le Président français de son titre « d’homme d’Etat mondial 2016 », décerné par une fondation américaine, les commentaires ont fusé de partout, remettant sur la table des débats la question de l’impopularité de François Hollande. Une impopularité acquise, autrement, il n’aurait pas été élu Chef de cet Etat respectable peuplé de citoyens exemplaires.

« Hollande aussi populaire à l’étranger qu’impopulaire en France ». C’est le titre de quasiment toute la presse française, qui ignore qu’au-delà de l’Europe, le très respecté François Hollande est plutôt apprécié en Afrique. Même en France, n’est-ce pas ce François Hollande qui a été choisi par ses concitoyens, le 15 mai 2012, pour présider à leur destinée ? Qu’est-ce qui a changé entre temps au point que Hollande devienne impopulaire? Sauf que les circonstances ne semblent pas trop militer en faveur de cet homme d’Etat peu bavard, simple, discipliné et respectueux de ses concitoyens.

Apparemment impopulaire en France, très populaire en Afrique

Après la réception par le Président français de son titre « d’homme d’Etat mondial 2016 », décerné par une fondation américaine, ce mardi 20 septembre 2016, les critiques à l’endroit du chef de l’Etat français ont repris, certains tentant de (re) mettre au goût du jour son impopularité. Remis par la fondation interconfessionnelle « The Appeal of Conscience », ce titre a fait rire en France, où, selon certaines informations, la popularité du chef de l’Etat oscille autour de 15%, alors qu’elle est de 52% en Europe, et certainement 70% en Afrique et sans doute 90% au Mali.

François Hollande qui jouit d’une côte de popularité de 52% dans quatre autres grands pays européens, notamment l’Allemagne, le Royaume-Uni, l’Italie et l’Espagne, selon une enquête de l’institut Odoxa datant d’avril dernier, a hérité d’un dossier « terrible » : le terrorisme. Alors que les Français l’attendent sur d’autres chantiers, notamment le chômage en hausse, l’amélioration des conditions de vie de ses concitoyens, le chef de l’Etat a la tête ailleurs : « comment faire pour que l’on tue moins de Français et surtout moins de personnes dans le monde ». Oui « comment faire pour que ces terroristes ne se forment pas à l’étranger pour venir commettre leurs crimes ici en France et ailleurs dans le monde ». C’est cela le souci principal du dirigeant français au moment où Boko Haram, les shebab forment des combattants et les livrent à l’Etat islamique.

Sauf que, pendant que Hollande s’évertue à trouver une solution à cette équation, son principal rival, Nicolas Sarkozy, a passé ces dernières années à lui mettre des bâtons dans les roues, en soulignant les manquements de l’actuel chef de l’Etat français. Et dire que l’Etat islamique, s’il a aujourd’hui une force de frappe, c’est grâce à ce même Nicolas Sarkozy, qui a décapité la Libye et l’a laissée sans suite, ouvrant ainsi la porte à l’organisation terroriste qui a fini de faire de ce pays d’Afrique du Nord son sanctuaire! Oui, osons le dire, en mettant fin aux jours de Mouammar Kadhafi sans assurer le suivi de cette opération de l’OTAN qui ne s’explique toujours pas, Nicolas Sarkozy a permis la prolifération de terroristes qui se sont formés en Libye avant d’étendre leurs tentacules dans le monde entier. Et ce sont ces terroristes formés par la grâce de Nicolas Sarkozy qui frappent la France et les autres pays occidentaux, et même africains.

Nettoyer les déchets laissés par Nicolas Sarkozy

Au moment où le Président Hollande tente de nettoyer les déchets laissés par Nicolas Sarkozy, ce dernier crie au scandale et dénonce une mauvaise gestion d’une France qui a certes comme priorité l’emploi. Mais sans la sécurité, trouver des emplois aux Français ne servirait à rien, car ils mourront un à un et finiront par rester chez eux et n’auront plus besoin de ces emplois tant attendus. C’est ce qu’ont sans doute compris François Hollande et son équipe. D’où leur choix de déployer tous les moyens nécessaires pour éradiquer le terrorisme galopant.

François Hollande impopulaire! Les Africains en riront. Oui, ils en riront, surtout les Maliens qui avaient vu leur pays assiégé par les terroristes. Il a fallu l’intervention militaire française pour sauver des millions d’habitants de ce qui aurait pu être une « Syrie » en Afrique. Cette intervention a en effet évité des ramifications entre le Libye et le Mali. Ce qui aurait pu faire imploser cette zone couvrant le Sahel. Car le Mali est frontalier avec la Côte d’Ivoire, le Sénégal, le Niger, le Burkina Faso, la Guinée, l’Algérie et la Mauritanie. Et François Hollande a pu, au prix de la vie de plusieurs soldats français, que les Africains gardent encore en mémoire, éviter une nouvelle expansion de l’Etat islamique, qui, sans aucun doute, allait avoir des incidences terroristes jusqu’en Europe. Et la France n’allait pas être épargnée.

Si le Président Hollande est moins apprécié en Europe que David Cameron et Angela Merkel qui seraient les plus populaires à l’étranger, mais aussi dans leurs propres pays, le chef de l’Etat français a le mérite d’apporter son assistance militaire au monde entier, sécurisant davantage ce monde en proie aux violences. Et justement, c’est la France qui assure la sécurité de l’Allemagne et de la Grande Bretagne en rasant les nids des terroristes, notamment en Libye. Comme le dit un proverbe sénégalais « on se plaint et se débarrasse de celui qui fait pipi au lit pour choisir un autre qui, en réalité, malgré les apparences, chie au lit ». Aujourd’hui, le vrai mal des Français vient sans nul doute de Nicolas Sarkozy qui a posé les germes du terrorisme en Libye. Et ces terroristes formés en Libye et aguerris en Syrie ou en Irak reviennent frapper la France.

Lire aussi l’interview de François Hollande donnée en 2012 à Afrik.com : « Le regard français sur l’Afrique doit changer »