France : un candidat du Front National « anti-Islam » et pro-nazis

arton38323

Classé en 29e position sur la liste menée par Dominique Martin, candidat à Cluses, Thierry Paimparet, 50 ans, a posté sur son compte Facebook plusieurs photographies et commentaires anti-Islam.

Un nouveau dérapage au Front National. Pas contre la garde des sceaux française Christiane Taubira cette fois, mais contre la religion de l’Islam de manière générale. Classée à la 29e position du candidat aux municipales françaises Dominique Martin, en tête de liste FN à Cluses, Thierry Paimparet, 50 ans, s’affiche ouvertement « anti-Islam, anti-Tchétchène ». Sur Facebook, le quinquagénaire, qui a publié plusieurs photos de lui le montrant en treillis militaire, une arme à la main, écrit qu’il préfère « être envahi par la Russie de Vladimir que finir par subir l’islamisation de ma France ».

Contacté par l’AFP, Thierry Paimparet s’est défendu de tout racisme. Une déclaration que les responsables politiques français ont désormais l’habitude de prononcer après un dérapage. « Je ne sais pas pourquoi j’ai pu poster ce genre d’images sur Facebook. Cela résulte d’une colère, ce n’est pas du racisme », a-t-il assuré.

« Le racisme, c’est pas mon truc. Je connais des musulmans nickels et des Français détestables », a-t-il ajouté. « Ce qui me fait peur, c’est l’islamisme pur et dur qui a pour seule ambition de conquérir l’Europe », a-t-il complété.

Par ailleurs, Thierry Paimparet estime que Mein Kampf « vaut bien le Coran ». « Je me demande s’il ne faudrait pas une sorte de livre référent pour que les Français ouvrent les yeux, sans entrer dans un totalitarisme », a-t-il ajouté. Et même si ce dernier qualifie Adolf Hitler « d’illuminé dangereux », il ne s’est pas empêché de caractériser l’armée allemande nazie de « performante ».

Dominique Martin a demandé l’officialisation de l’exclusion du parti de son colistier. Dans un communiqué, le responsable FN a indiqué ce samedi qu’il « ignorait l’existence du second compte Facebook de Thierry Paimparet, sous le nom de Thierry Larévolte », et souligné que ce dernier ne serait « jamais conseiller municipal » compte tenu de sa position sur la liste. « D’origine juive polonaise, [je] ne peux tolérer de tels agissements et de tels propos, de façon cachée au surplus », a-t-il ajouté.