France-Sénégal : signature d’accords pour combattre AQMI

Le ministre français de l’intérieur, Manuels Valls, a effectué une visite de travail de moins de 24 heures à Dakar. Le premier policier français a signé des accords de sécurité visant à combattre le terrorisme et le trafic de cocaïne, entre autres accords, avec Abdoulaye Daouda Diallo, ministre de l’Intérieur du Sénégal.

(De notre correspondant à Dakar)

Le ministre français de l’Intérieur, Manuel Valls a effectué à Dakar, une visite de 24 heures, dans le cadre d’une tournée ouest-africaine. Concernant le niveau de la menace terroriste au Sénégal, le ministre de l’Intérieur Abdoulaye Daouda Diallo a noté qu’au plan intérieur, la menace n’est pas si perceptible et objectivement, elle est au niveau extérieur et sous-régional. « C’est une situation que nous venons de vivre avec le Nord-Mali, mais en vérité c’est à ce niveau que la situation est difficile et nous travaillons pour mettre en place les structures possibles pouvant lutter contre ce phénomène-là. Surtout au niveau de frontières (800 kilomètres entre Sénégal, Mali et Mauritanie) pour des échanges d’informations » a-t-il indiqué.

Ouverture d’une antenne de renseignement à Dakar

Manuel Valls a annoncé, dans le cadre de cette lutte contre le terrorisme, l’ouverture d’un attaché régional français de sécurité intérieur pour renforcer les équipes déjà présentes. Ce qui permet de gagner en efficacité dans le domaine du renseignement. « Nous souhaitons inscrire cette lutte dans la cohérence d’un plan Sahel qui pourrait être piloté ici à Dakar ». Il a ajouté que dans la lutte contre les stupéfiants, « il y a une plateforme et des engagements financiers mis en place. Et la France et le Sénégal souhaitent être ensemble à la pointe de ce combat contre ce fléau ». Au finish, le Sénégal et la France ont signé vendredi à Dakar un accord de partenariat dans le domaine sécuritaire, qui vise à mieux lutter contre le terrorisme et le trafic de drogue.

Cet accord s’inscrit dans le cadre d’un partenariat axé sur la sécurité publique et devrait porter la France et le Sénégal à la pointe du combat contre ces deux fléaux qui secouent certains pays de la bande du Sahel.