France : pas de candidature Taubira aux présidentielles 2007

Christiane Taubira ne sera pas candidate à l’élection présidentielle d’avril 2007, en France. Réunis en congrès à Paris, dimanche, les délégués du parti radical de gauche ont décidé de s’allier au parti socialiste, en échange de portefeuilles ministériels et de circonscriptions lors des législatives.

Les élections présidentielles d’avril 2007, en France, se joueront sans Christiane Taubira, la députée de Guyane du parti radical de gauche (PRG). Les délégués du parti, réunis depuis vendredi en congrès à Paris, ont décidé dimanche par 473 voix contre 208 de s’allier à la candidature socialiste. Jean-Michel Baylet, le président du PRG, a promis que Christiane Taubira serait lors de la campagne « à l’avant-garde pour porter la parole du radicalisme et à l’avant-garde pour battre Sarkozy ».

Accord radicaux /PS

Ce dernier avait conclu dans la semaine un accord de gouvernement avec les socialistes, réservant au PRG quelques portefeuilles ministériels en cas de victoire du parti de la Rose aux présidentielles. Les deux mouvements avaient également convenu de s’allier dans 35 circonscriptions, lors des législatives, à l’avantage du PRG. « Si les radicaux de gauche présentaient une candidature (à la présidentielle), il ne pourrait pas y avoir d’accord sur les législatives », avait prévenu François Hollande, le secrétaire général du Parti socialiste (PS), cité par Reuters.

Christiane Taubira avait indiqué dès juillet dernier sa volonté d’en découdre de nouveau après sa première présidentielle, où elle avait recueilli 2,32% des voix le 21 avril 2002. Vendredi, celle qui avait déjà lancé son blog pour les élections n’en démordait toujours pas. « Elle doit être entendue, cette parole radicale, parce que la responsabilité serait lourde, terriblement lourde dans quelques temps (…) d’assumer d’avoir renoncé », a-t-elle fait valoir à la tribune. Dimanche matin, sur la chaîne privée Canal +, elle avait reconnu que « la majorité des personnes qui ont pu s’exprimer ont plutôt dit qu’elles n’étaient pas favorables à une candidature radicale aux élections présidentielles. Et qu’elles pensaient que l’accord conclu avec le Parti socialiste était satisfaisant ». Ce qui ne l’a pas empêchée d’aller jusqu’au vote.

Une troisième voie avait commencé à se dessiner durant le week-end autour de Bernard Tapie. Elle consistait à attendre novembre et la désignation du candidat socialiste avant de se lancer dans une alliance. Mais les délégués de fédération du PRG en ont décidé autrement.

Crédit photo : Taubira 2007 Blog